NEXT70_MAY15





SOMMAIRE / CONTENTS

A PROPOS DE NEAR / ABOUT NEAR
EVENEMENTS / EVENTS

NOUVELLES EXPOSITIONS / NEW EXHIBITIONS
EXPOSITIONS EN COURS / ONGOING EXHIBITIONS

APPELS, CONCOURS / AWARDS & CALLS
PARTENAIRES DE NEAR / NEAR PARTNERS


NEXT en ligne / NEXT online : link
Pour imprimer / to print NEXT : pdf


EDITO

La photographie contemporaine est à l'honneur dans plusieurs institutions et galeries, notamment dans NEAR AT FREE (Freestudios), reGeneration3 (Musée de l'Elysée), Beastly (Fotomuseum Winterthur), Inhabitations (Aargauer Kunsthaus), Carte Blanche à Matthieu Gafsou (Galerie C), Swiss Photo Award - ewz.selection (ewz-Unterwerk Selnau) ainsi que de nombreuses expositions individuelles. Excellente lecture !
Nassim Daghighian

Contemporary photography is shown in any museums and galleries this month, among others: NEAR AT FREE (Freestudios), reGeneration3 (Musée de l'Elysée), Beastly (Fotomuseum Winterthur), Inhabitations (Aargauer Kunsthaus), Carte Blanche à Matthieu Gafsou (Galerie C), Swiss Photo Award - ewz.selection (ewz-Unterwerk Selnau) as well as in solo exhibitions. Have a wonderful reading!
Nassim Daghighian


Images : Œuvres exposées dans NEAR AT FREE, Freestudios, Genève, 28.05. - 28.06.2015
© Shannon Guerrico, de la série Sortir du cercle des coquillages, 2014

© Michal Florence Schorro, de la série Wiedikon, 2015



__________________________________________________________________________________________________________
NEAR - COMING SOON




EXPOSITION – NEAR AT FREE

Freestudios, 3 Rue Gourgas, 1205 Genève, 28.05. - 28.06.2015 ; vernissage : 28.05., 18h
www.freestudios.ch

Artistes / artists : Thomas Brasey, Shannon Guerrico, Olivier Lovey, Anna Meschiari, Virginie Otth, Cyril Porchet, Véronique Portal, Virginie Rebetez, Germinal Roaux, Michal Florence Schorro, Anaëlle Weill.
Curatrices / curators  : Noémie Richard et Rebecca Bowring

Pour cette nouvelle exposition collective, NEAR propose de découvrir et redécouvrir une sélection des travaux de 10 membres de l’association. Les photographes vous emmènent dans leurs déambulations physiques et poétiques entre : documentaire et mise en scène, quête des origines (Shannon Guerrico, Sortir du cercle des coquillages, 2014) et enquête sur le passé d’une inconnue portée disparue (Virginie Rebetez, Out of the Blue, 2015), portrait d’une homme passionné (Olivier Lovey, Puissance Foudre, 2011) et celui d’une génération (Germinal Roaux, Never Youg Again, 2009), décors construits (Anaëlle Weill, Badland, 2011) et paysages suivant le cours de Doubs (Thomas Brasey, Démons & Merveilles, 2014), collection d’images numériques (Anna Meshiari, Atlas, 2014) et recollection de photographies imprimées (Véronique Portal, Rodéo), abstraction de la ville (Michal Florence Schorro, Wiedikon, 2015) et de l’image (Cyril Porchet, Glass, 2015).

L’exposition est inaugurée lors de la Nuit des Bains et profite ainsi du rayonnement de l’événement genevois. A cette occasion sont projetés les trois volets de Fake Memory (2012 – 2013) de l’artiste Virginie Otth. Le public peut également apprécier la diversité des artistes de NEAR à plus large échelle durant la projection de la 9ème édition inédite de NEAR BY NIGHT.

Images : Thomas Brasey, de la série Démons & Merveilles, 2014
Olivier Lovey, Bureau III, de la série Puissance Foudre, 2011
Shannon Guerrico, de la série Sortir du cercle des coquillages, 2014


     
EVENEMENT – NEAR BY NIGHT 9

Projection de photographies, Freestudios, 3 Rue Gourgas, 1205 Genève, 28.05.2015, 18h
www.freestudios.ch

Artistes / artists  : membres de NEAR (sélection en cours)
Direction artistique / Art direction  : Noémie Richard et Victoria Mühlig
Sélection musicale / music  : Pascal Lopinat

NEAR BY NIGHT vous emmène entre fiction, poésie et documentaire, au travers de la Suisse et au-delà de nos frontières. Vous pouvez ainsi apprécier la diversité des artistes de NEAR par une sélection de leurs travaux récents ou en cours. La projection est accompagnée d'une musique créée par le musicien Pascal Lopinat.

Tout au long de la Nuit des Bains, NEAR s’associe à Freestudio et bénéficie du rayonnement du quartier des Bains où les centres d’art et les galeries se regroupent pour le temps d’une soirée vernissage.

__________________________________________________________________________________________________________
EVENEMENTS / EVENTS
TJ Demos. Anthropocene - photography and ecology
Still Searching, Fotomuseum Winterthur blog, 01.05.-15.06.2015
blog.fotomuseum.ch

Fotomuseum Winterthur’s blog “Still Searching” has invited famous art historian and cultural critic TJ Demos, who writes on contemporary art and visual culture. Currently a Reader in the Department of the History of Art at University College London, where he has worked since 2005, he is the author of several books, including The Migrant Image: The Art and Politics of Documentary during Global Crisis (Duke University Press, 2013), and Return to the Postcolony: Spectres of Colonialism in Contemporary Art (Sternberg Press, 2013). Demos is joining the History of Art & Visual Culture Department at UC Santa Cruz this Spring, 2015. Demos has also curated a number of art exhibitions, including Uneven Geographies: Art and Globalization, at Nottingham Contemporary (with Alex Farqharson), in 2010; and Zones of Conflict, at Pratt Manhattan Gallery in New York in 2008.

     
 
Sylvain Maresca. Basculer dans le numérique
Conférence, Musée suisse de l’appareil photographique, Vevey, 05.05.2015, 18h
www.cameramuseum.ch

Le Musée suisse de l’appareil photographique a le plaisir de vous inviter à la conférence et présentation par Sylvain Maresca de son livre publié par les Presses universitaires de Rennes, Basculer dans le numérique. Les mutations du métier de photographe. L'auteur exposera les résultats d’une enquête qu'il a effectuée auprès de nombreux photographes et qui lui a permis d’explorer les multiples répercussions de la technologie numérique dans la profession. Le thème de son ouvrage entre parfaitement en écho avec le cheminement scénographique du Musée, autour de la mutation des pratiques photographiques suscitées par la mutation du matériel lui-même. La conférence sera suivie d’un apéritif qui permettra de poursuivre les discussions.

Sociologue, Sylvain Maresca est professeur à l’Université de Nantes, chercheur au Centre nantais de sociologie (CENS) et chercheur associé au Laboratoire d’histoire visuelle contemporaine (LHIVIC, EHESS, Paris). Ses recherches portent sur : 1. l’économie sociale du portrait photographique – pris entre les intentions, souvent contradictoires, du sujet et du photographe ; 2. les conditions sociales de production des photographies de presse, dans le souci d’explorer les rapports entre le réel et ses représentations ; 3. les usages et pratiques des images dans les sciences sociales.
     
 
Alfredo Jaar
Conférence, HEAD, Genève, 15.05.2015, 17h
www.hesge.ch

Conférence exceptionnelle d'Alfredo Jaar: artiste, architecte et réalisateur d'origine chilienne, il vit et travaille à New York. Pendant plus de deux décennies, le travail d'Alfredo Jaar s'est concentré sur la photographie en tant que témoin politique. Né au Chili en 1956, il a voyagé en Amérique Latine, en Asie et en Afrique pour reflechir sur des problématiques aussi diverses que l'effet des déchets toxiques sur un village d'Afrique, les mineurs de Sierra Pelada au Brésil, les conditions de vie des réfugiés vietnamiens incarcérés à Hong-Kong et, plus récemment, le génocide au Rwanda.

La conférence, suivie d’une discussion, est ouverte aux étudiants du département Arts Visuels, ainsi qu’aux personnes qui participent aux Journées de Genève Histoire et Cité sur le thème Construire la Paix. Bd Helvétique 9, salle 25.

Image : Alfredo Jaar, The geometry of conscience, 2012 © Alfredo Jaar, Cristobal Palma

__________________________________________________________________________________________________________

NOUVELLES EXPOSITIONS / NEW EXHIBITIONS




 
Christian Lutz. Libellules
Hôtel de Ville, Genève, 11.05. - 29.05.2015 ; vernissage 07.05., 18h30
www.heros-limite.com

Libellules est issu d’une résidence d’artiste proposée à Christian Lutz par le BAL, Biennale des arts contemporains aux Libellules. En 2013, le photographe suisse s’est installé dans la cité des Libellules, en périphérie de Genève, réputée pour sa complexité socio-économique. De cette immersion, l’artiste a tiré une série de photographies qui disent la majesté de cette zone mal connue, en pleine transformation, prise entre le sublime de la nature et la rigueur de constructions industrielles. Ni drames ni événements spectaculaires ne viennent troubler cette traversée poétique, où se racontent l’intimité d’un lieu et ses fractures. Libellules se parcourt comme un journal de bord personnel, fait d’impressions sensibles où la solitude de l’homme rejoint le souffle mélancolique du paysage. Christian Lutz parvient, une fois de plus, à montrer sans juger, en s’en remettant à l’intuition artistique et à la poésie.

Le photographe Christian Lutz (1973, CH) a été propulsé sur la scène nationale et internationale avec sa Trilogie sur le pouvoir. Cette enquête visuelle a abouti à trois ouvrages : Protokoll (2007), sur les codes de représentation politique ; Tropical Gift (2010), sur le pouvoir économique ; et finalement In Jesus' Name (2013) sur le pouvoir religieux, dont l'interdiction de diffusion pour atteinte au droit à l'image a créé des remous. Le travail de Christian Lutz, exposé et publié dans le monde, éclaire la limite ténue qui sépare la réalité de la fiction.

Le BAL est un collectif fondé en 2008 par les artistes Serge Boulaz et Céline Mazzon. Dès ses débuts, l’association s’est donné pour mission l’étude et l’action sur la ville et le territoire habité par des projets participatifs, artistiques et pluridisciplinaires. Fédérer les habitants, valoriser les gestes artistiques qu’ils pratiquent dans leur sphère privée, explorer ensemble le champ du sensible pour imaginer des nouvelles façons de se fabriquer un cadre de vie : autant de buts que le BAL poursuit en associant résidents du quartier et professionnels issus de disciplines multiples (beaux-arts, théâtre, graphisme, architecture, urbanisme…).

Publication : Libellules est aussi un ouvrage paru aux éditions Héros-Limite.

Evénement : 08.05.2015, 18h30, Maison de Quartier des Libellules, Le Lignon
Rencontre avec Christian Lutz, suivie d’une projection de ses photographies.
     


 

Wold Press Photo 15
Sihlcity - Folium, Zurich, 07.05. - 31.05.2015
www.worldpressphoto.org

Cette image du photographe danois Mads Nissen, qui travaille pour le quotidien danois Politiken, représentée par l’agence Panos Pictures, a reçu le prix World Press Photo of the Year 2014. L’image montre un couple d'homosexuels, Jon et Alex lors d’un moment intime dans une chambre de Saint-Pétersbourg, en Russie.
World Press Photo est le plus grand concours au monde pour la photographie de presse et est considéré comme l’une des distinctions les plus importantes pour le photojournalisme. Cette année le jury international, composé de 17 personnes, a remis des prix dans huit catégories à 42 photographes en provenance de 17 pays, sélectionné par 97’912 soumissions de 5’692 photographes de 131 pays du monde entier.

This image by Danish photographer Mads Nissen, who is represented by Panos Pictures and works for the Danish newspaper «Politiken», received the World Press Photo of the Year 2014 award. The picture shows Jon and Alex, a gay couple, during an intimate moment in Saint Petersburg, Russia.
World Press Photo is the world’s largest competition for press photography and is considered as one of the most important awards in photo journalism. This year the international panel of 17 jurors awarded prizes in 8 categories to 42 photographers from 17 countries, selected from 97‘912 images which were submitted by 5‘692 photographers from 131 different countries.


Images : Mads Nissen, Jonathan Jacques Louis, 21, and Alexander Semyonov, 25, a gay couple, during an intimate moment, St Petersburg, Russia © Mads Nissen, Scanpix/Panos Pictures
© Ronghui Chen, de la série Christmas Factory, 2014

   


 
Swiss Photo Award - ewz.selection
ewz-Unterwerk Selnau, Zurich, 14.05. - 31.05.2015 ; vernissage 13.05., 17h
www.ewzselection.ch

Le jury international s'est réuni le 7 février à Zurich et a désigné les 21 meilleurs travaux de l'année 2014 parmi les 59 travaux de la shortlist. Les noms des gagnants des sept catégories seront annoncés lors de l'Award Night, soirée festive qui aura lieu le mercredi 13 mai 2015. Du 14 au 31 mai, l'exposition présentera les 21 meilleurs travaux ainsi que tous les autres travaux de la shortlist sur des planches contact.

The Swiss Photo Award – ewz.selection is one of Switzerland’s most prestigious awards for photography. 21 winners have been chosen by an international jury in a shortlist of 59 works made in 2014. The winner of each category will be announces on the Opening Night.


Images : Brigitte Lustenberger ; Eva Lauterlein
     
 
Invitée
Galerie Christopher Gerber, Lausanne, 08.05. - 04.06.2015 ; vernissage 07.05., 18h
www.christophergerber.com

Avec : Noémie Doge + Jennifer Niedrehauser Schlup, Line Marquis + Cécile Boss, Stéphanie Pfister + Keiko Machida, Anaïs Wenger Perez + Charlotte Schaer.

L'exposition présente des travaux réalisés par des duos d'artistes. Noémie Doge et Jennifer Niedrehauser Schlup présente une série photographique récente née de leur collaboration, Cut the yielding air with hissing wings, 2015 (image ci-contre).
   
 
Les trésors de la Fondation Auer Ory de 1839 à nos jours
Galerie Boléro, Versoix, 25.04. - 07.06.2015 ; vernissage 25.04., 17h
www.auerphoto.com

Présentation d'une sélection d'images tirées des collections de la Fondation Auer Ory pour la photographie (Hermance). Un catalogue est publié pour l'occasion.

Image : Andreas Feininger, The Photojournalist (Dennis Stock), 1951
   




Situations. Relations
Fotomuseum Winterthur, 08.05. - 07.06.2015
www.situations.fotomuseum.ch

Avec / with : Ryan Trecartin, Joëlle Lehmann, Hal Fischer, and more coming soon.

Le Fotomuseum Winterthur lance un nouveau format d'exposition intitulé Situations, qui permet une interaction entre espaces physique et virtuel. Une situation peut être une image photographique, un film, un texte, une capture d'écran comme la présentation d'un livre de photo, une conférence sur skype ou une performance. La thématique en cours est Relations.

The Fotomuseum Winterthur is launching a new exhibition format titled Situations which will allow us to react to the increasing spread and diversification of photographic media in society. Today, photography is ever present and is circulated and viewed on diverse platforms. From this contemporary perspective we are establishing a dynamic format both within and outside the Museum, a physical and virtual space for pictures, words and ideas.

Situations offers an innovative interplay between physical and virtual spaces. A "situation" can be a photographic image, a film, a text or a screenshot as well as a photobook presentation, a Skype lecture or a performance. Situations will be numbered consecutively and each may last a couple of hours or up to two months. Organised according to clusters, Situations can be researched in the growing on-line archive and rearranged by visitors with hashtags creating new virtual exhibitions over time.


Images : © Hal Fischer, Archetypal Media Image: Urbane, inkjet print, 1977 / 2014 
© Joëlle Lehmann, Elektro, 2015, tirage jet d'encre

MORE...

   
 
Supernature
Sunday Inventory, Zurich, 16.04. - 26.06.2015
www.sundayinventory.com

Avec / with : Thomas Flechtner, Erwan Frotin, Charles Nègre, Synchrodogs

Une exposition collective de photographies sur l'hyper-nature où l'artifice esthétise une vision "dé-naturée" de notre environnement.

Image : Erwan Frotin, Cerinthe major, 2007, 32x40 cm
   


 
Stephen Gill. Buried flowers coexist with disappointed ants
Christophe Guye Galerie, Zurich, 07.05. - 27.06.2015 ; vernissage 06.05., 18h
www.christopheguye.com

This exhibition shows a cross-section of Stephen Gill's oeuvre from the period 2004 to 2012.
" The British photographer Stephen Gill (b.1971, UK) uses the medium of photography in an unconventional way, in order to not only document a place and its inhabitants but to also comprehend them affectively. For 14 years the Hackney borough in East London provided the object of his photographic research. With his experimental approach he has succeeded in capturing the genius loci in a manner that is touching and simultaneously startling. His playful handling of photography breaks with traditional concepts of mimetic precision and technical perfection: by burying his photographs in the ground or soaking them in a pond, he places them in touch with the essence of the elemental and thus invests them with a new credibility and a poetic dimension."
Lucia Angela Cavegn

"Stephen Gill has learnt this: to haunt the places that haunt him. His photo-accumulations demonstrate a tender vision factored out of experience; alert, watchful, not overeager, wary of that mendacious conceit, ‘closure’. There is always flow, momentum, the sense of a man passing through a place that delights him. A sense of stepping down, immediate engagement, politic exchange. Then he remounts the bicycle and away. Loving retrievals, like a letter to a friend, never possession… What I like about Stephen Gill is that he has learnt to give us only as much as we need, the bones of the bones of the bones…"
Iain Sinclair

Images : © Stephen Gill / Courtesy Christophe Guye
Stephen Gill, Untitled, de la série Coexistence, 2011
Stephen Gill, Untitled, de la série Buried, 2006
   


 
Michel Lagarde. Dramagraphies - Autoportraits
Esace Cyril Kobler, 12.05. - 27.06.2015 ; vernissage 12.05., 18h
www.cyril-kobler.com

" Je ne suis pas un photographe au sens classique du terme. Je ne photographie pas une réalité présente. Je me sers des outils de prise de vue et de retouche informatique pour inventer, tel un peintre, une "vision photographique". Dans mon travail, la photographie, le théâtre, le cinéma, la peinture se rejoignent pour créer une image épique. Je raconte des histoires, j’illustre et photographie mon inconscient. Un processus de travail long et complexe puisque je pars d’une feuille blanche. Ce n’est pas vraiment moi que je mets en scène dans les Dramagraphies, ce sont plutôt des rôles que j’interprète comme acteur; La distanciation est importante, elle me permet de "projeter" les images plutôt que de les intérioriser. Je ne raconte pas ma vie, je m’amuse à l’interpréter." Michel Lagarde

Evénement : 13.05., 10h et 15h, conférences de l'artiste.

Images :© Michel Lagarde, Quand la mer monte..., 2014
© Michel Lagarde, Les Frères Zampano, 2014
     
 
Jean-Luc Bertini. La bibliothèque perdue
Bibliothèque, Fondation Jan Michalski, Montricher, 21.04. - 28.06.2015
www.fondation-janmichalski.com

À partir de 1923, les îles Solovki abritèrent le premier camp de travail créé par les instances révolutionnaires russes de 1917. À ses débuts, une forme de vie culturelle pouvait encore y être tolérée et s’y développer grâce à la présence de nombreux artistes, intellectuels et scientifi ques. Une bibliothèque comptant jusqu’à trente mille volumes se constitua ainsi avec les premières vagues de déportés. Mais les conditions de détention se durcirent progressivement, faisant du camp « laboratoire » des Solovki le modèle du Goulag stalinien. À la fermeture du camp en 1939, la bibliothèque disparaissait sans laisser de trace… Au printemps 2013, l’écrivain français Olivier Rolin et le traducteur russe Valéry Kislov partent en Russie à la recherche de cette bibliothèque. Ils sont accompagnés d’une équipe de tournage menée par la réalisatrice Elisabeth Kapnist. Le photographe Jean-Luc Bertini les suit dans cette enquête. Un périple aux confi ns de la Mer Blanche se dessine alors au gré des indices et des témoignages.

Image : © Jean-Luc Bertini, Solovki, 2013

     
 
Swiss Press Photo 15
Landesmuseum, Zurich, 24.04. - 05.07.2015
www.nationalmuseum.ch

Swiss Press Photo 15 réunit les meilleures photographies de presse suisses de l’année 2014 au Musée national Zurich. L’exposition résume en images l’année écoulée et porte un regard individuel sur les événements. Un jury international décerne un prix principal et choisit les meilleures photographies réparties sur six catégories : Actualité, Vie Quotidienne, Reportages Suisses, Portrait, Sports et Étranger.

Image : Yvain Genevay, Drame de l’asile – une jeune femme syrienne, reportage pour Le Matin Dimanche. Swiss Press Photographer of the Year 2014
     


 
Vivianne van Singer. Réflexions / Projections / Objections
Espace L, Genève, 27.05. - 17.07.2015 ; vernissage 26.05., 18h
www.espaceL.net

Viviane van Singer, née en 1957 à Côme, vit et travaille à Genève.
" Lorsque la galeriste Leticia Maciel m’a invitée à organiser une exposition à l’espace_L, en tant que curatrice et artiste de la galerie, j’ai envisagé de proposer une "auto-réflexion". C’était en effet le moment parfait pour rejouer un certain nombre d’œuvres qui ont été réalisées au cours des quinze dernières années et de les accompagner de créations récentes. Mes propositions, chacune à leur manière, sont travaillées par la couleur et vivent de l’espace et de la lumière. Elles ont toutes à faire, d’une façon ou d’une autre, avec le miroir et son reflet. Or ces miroirs deviennent ce que j’appelle des miroirs perturbés, "troublés", les uns par la couleur et leur mise en forme, les autres au moyen de mots qui sont comme l’écho d’une voix. [...] Pour chaque spectateur la visite devient une expérience sensible et réflexive, une manière de se voir et de penser comme un sujet dont le corps est pris dans le temps et dans l’espace, un sujet incarné." Vivianne van Singer

"When the gallerist Leticia Maciel invited me to organize an exhibition at espace_L, as curator and artist of the gallery, I had the intention of proposing a "self-reflection". It was indeed the perfect time to gather a number of works that have been produced over the last fifteen years, including some recent creations. My proposals, each in their own way, deal with color and depend on the space and light. They are all linked to the mirror and its reflection, in one way or another. Either these mirrors become what I call disturbed mirrors, "troubled" by color and placement, or by words that are like the echo of a voice. [...] For every viewer the visit becomes a sensitive and reflective experience, a way of seeing and thinking as a person whose body is caught in time and space, an embodied self." Vivianne van Singer

Images : © Vivianne van Singer, Tableau X, 2008-2010, tirage pigmentaire ultrachrome, 85x60 cm
© Vivianne van Singer, Tableau III, 2008-2010, tirage pigmentaire ultrachrome sur papier fineart, 85x60 cm
     


 
Inhabitations. Fantasmes du corps dans l'art contemporain
Aargauer Kunsthaus, Aarau, 01.05. - 02.08.2015
www.aargauerkunsthaus.ch

Artistes : Nel Aerts (1987, BE), Nathalie Bissig (1981, CH), Beni Bischof (1976, CH), Nathalie Djurberg et Hans Berg (1978, SE), Andrea Heller (1975, CH), Melodie Mousset (1981, FR), Augustin Rebetez (1986, CH), Tanja Roscic (1980, CH/KOS), Loredana Sperini (1970, CH), Yves Netzhammer (1970, CH).

L’exposition est centrée sur le corps, où demeurent les fantasmes et les fictions, les désirs et les obsessions. Elle thématise le corps en tant que surface de projection, qu’espace d’expérimentation sensuelle et que lieu des envies. Les positions artistiques choisies permettent de montrer les utopies, les idéologies et les visions que le corps héberge et exprime. L’exposition englobe une grande variété de médias, dont le dessin, la sculpture, la photographie, la vidéo et l’installation.

In Inhabitations the Aargauer Kunsthaus presents works of young artists from Switzerland and abroad that centre on the body as the habitat of phantasms and fictions, desires and obsessions. The exhibition looks at the body as a projection surface, a realm of sensory experiences, and a seat of desires. Based on selected artistic practices, the show points out the utopian dreams, ideologies, and visions that bodies contain and that are reflected in their appearance. The exhibition comprises various media, including drawings, sculptures, videos, photography and installations.

Curatrice / curator : Marianne Wagner, commissaire assistante, Aargauer Kunsthaus.

Images : © Augustin Rebetez, de la série arrière-tête (mécanismes), 2014
© Nathalie Bissig, Sans titre, 2014, tirage sur papier baryté, 188.3x128. 6 cm
   


 

huber.huber. Und plötzlich geht die Sonne
Aargauer Kunsthaus, Aarau, 01.05. - 16.08.2015
www.aargauerkunsthaus.ch

Suddenly the Sun Set is part of the cantonal anniversary year commemorating 1415: The Swiss Confederates Are Coming! The artist duo huber.huber (Markus and Reto Huber, 1975) uses film, photography, and historical artefacts to examine the dark sides of history in subtle and multi-layered ways. 1415 was a fateful year for the Canton of Aargau: the Swiss Confederates conquered large parts of present-day Aargau, thereby putting an end to the long years of Habsburg rule and ringing in a new political and cultural era.

As the title Suddenly the Sun Set suggests, the exhibition also points out the dark sides of the conquest. For example, the Confederates brought neither neutrality nor democracy to the people living in the Aargau territories: the latter remained subjects under the new rule. Having delved into the depots and archives of the Canton of Aargau for their research, the artists Markus and Reto Huber frame their personal take on the events of 1415 based on historical facts and artefacts. The exhibition combines film, photography, and historical object in an overarching installation that reflects on the conflicts and consequences of the war of 1415, as well as on the particular patterns that are responsible for the recurrence of military conflicts to the present day. The causes of the war of 1415 — power, money, territorial claims, and religion — are still the most common catalysts of armed conflicts today.

The exhibition focuses on the protagonist of war: man as an individual, and man as perpetrator and victim. The hand plays a special role as the embodiment of man’s uniqueness. In various visualisations we are confronted with the hand’s power to heal, to protect, and to comfort, as well as its ability to injure.

Curator : Dr. Thomas Schmutz, Curator / Dep. Director, Aargauer Kunsthaus

Images : © huber.huber, O.T. (Victory), 2015, Videostudie
© huber.huber, Helmvisier, 2014, Sammlung Schweizerisches Nationalmuseum

   




 
Sarah Burger. CARAVAN 2/2015
Aargauer Kunsthaus, Aarau, 01.05. - 16.08.2015
www.aargauerkunsthaus.ch

CARAVAN est une série d’expositions de jeunes artistes. L’artiste glaronnaise Sarah Burger (1982) réalise deux nouveaux travaux spécifiquement pour le foyer de l’Aargauer Kunsthaus. Avec ses paysages imprimés sur de grands panneaux de tissu, elle joue habilement avec les différentes perspectives intérieures et extérieures. Contrairement à l’habitude, Sarah Burger ne présente pas ses œuvres dans une salle d’exposition, mais créé deux travaux spécifiquement pour les besoins du foyer de l’Aargauer Kunsthaus. Faisant écho au concept de CARAVAN, celui d’une " intervention mobile ", l’artiste glaronnaise cherche le dialogue avec l’espace prégnant, baigné de lumière, conçu par Herzog & de Meuron. Elle explore, avec ses installations, les endroits du musée où l’intérieur et l’extérieur se fondent, principalement près du grand mur de verre qui sépare le musée du point nodal de la circulation qu’est l’Aargauerplatz. Du fait de leur placement près des baies vitrées sans seuil, les grandes photos imprimées sur un tissu fluide sont visibles de l’intérieur comme de l’extérieur. Sarah Burger confronte aux perspectives urbaines ses paysages visuels créés sur ordinateur.

The Glarus-based artist Sarah Burger (b. 1982) is realising two new site-specific works for the foyer of the Aargauer Kunsthaus. By using large-scale panels of fabric with landscapes printed on them, she skilfully plays with various interior and exterior views. Rather than presenting her art in an exhibition space as is usual, Sarah Burger creates two site-specific works for the foyer of the Aargauer Kunsthaus. In keeping with the CARAVAN exhibition concept of a "mobile intervention," Burger seeks a dialogue with the light-filled, striking museum foyer designed by Herzog & de Meuron. She creates installations to explore the places in the Kunsthaus where interior and exterior virtually merge — especially at the large glass façade which separates the museum from the traffic junction Aargauerplatz. By placing them at the thresholdless windows, the large images printed on flowing fabric can be seen both from the inside and the outside. Sarah Burger confronts the views of the city with computer-generated "pictorial landscapes."

Curatrice / curator : Katrin Weilenmann, Assistant Curator, Aargauer Kunsthaus

Images : Courtesy l'artiste. © Sarah Burger
Sarah Burger, Interkontinental f, 2014, tirage Lambda, 45.5x26.5 cm
Sarah Burger, Someone's Ocean, Someone's Thought, 2015, tirage Lambda, 16x20 cm
Sarah Burger, Postconcrete I (Dawn and Afternoon), 2015, tirage digital sur textile, 410x153x3 cm. Vue de l'installation au Aargauer Kunsthaus. Détail de la photo de David Aebi


   




 

ReGenertion3
Musée de l'Elysée, Lausanne, 29.05. - 23.08.2015 ; vernissage 28.05., 18h
www.elysee.ch

Avec / with : Magdalena Baranya (CH), Emile Barret (FR), Mohit Bhatia (IN), Giacomo Bianchetti (CH), Rachel Boillot (US), Jan Brykczyński (PL), Delphine Burtin (CH/FR), Juno Calypso (UK), Rachel Cox (US), Angélica Dass (BR/ES), Emilie De Battista (CH), Michael Etzensperger (CH), Veronika Geiger (DK), Anna Gutová et Gabriel Fragner (CZ), Artur Gutowski (PL), Elizabeth Hewson (UK), Karl Isakson (SE), Jung A Kim (KR), Jonna Kina (FI), Karel Koplimets (EE), Marek Kucharski et Diana Lelonek (PL), Ola Lanko (UA), Jae Hoon Lee (KR), Michael Liani (IL), Silin Liu (CN), Emily Macinnes (UK), Robert Mainka (PL), Irene Muñoz Martin (ES), Loan Nguyen (CH/FR), Nobukho Nqaba (ZA), Martyna Pawlak (FR/PL), Emilio Pemjean (ES/CL), Constance et Philippine Proux (FR), Laurence Rasti (CH), Simon Rimaz (CH), Jacinthe Robillard (CA), Paul Samuels (ZA), Ulrike Schmitz (DE), Juuke Schoorl (NL), Corinne Silva (UK), Sara Skorgan Teigen (NO), Gaia Squarci (IT), Harit Srikhao (TH), Benjamin Swanson (UK), Jennifer Thoreson (US), Sinan Tuncay (TR), Matt Waples (CA), Piotr Zbierski (PL), Tereza Zelenkova (CZ), Li Zhi (CN).

Le Musée de l’Elysée présente la troisième édition de reGeneration, un projet d’exposition et de publication internationale consacré à la scène photographique émergente, initié en 2005. Parmi les 300 dossiers de candidature reçus, 50 artistes proposés par une quarantaine de centres de formation artistique internationaux ont été sélectionnés. L’ensemble des travaux retenus illustre la variété des sujets et intérêts de la scène photographique émergente, depuis une approche purement documentaire jusqu’à la performance et l’exploration des qualités narratives ou abstraites du médium. La sélection comprend des tirages traditionnels, des livres d’artistes, des projets multimédia, des vidéos et des installations, témoignant de la diversité et richesse de la pratique photographique actuelle.

The Musée de l'Elysée presents the third edition of reGeneration, an international exhibition and publication project dedicated to emerging photographers, started in 2005. Out of the 300 applications received, 50 artists proposed by some forty international arts academies have been selected. The works chosen, from purely documentary approaches to performance andexplorations of the medium's narrative or abstract qualities, illustrate the diversity of subjects and interests being explored by emerging photographers. The selection includes traditional prints, artists' books, multimedia projects, videos and installations, testifying to the diversity and richness of today's photographic practices.

Images : © Jennifer B. Thoreson, Cancer, de la série Testament, 2014
© Ulrike Schmitz, de la série Museum of you Memory, 2012
© Laurence Rasti, Sans titre, de la série Il n’y a pas d’homosexuels en Iran, 2014

MORE...

     
 
Un Monde chatoyant. La photographie en couleur avant 1915
Museum Rietberg, Zurich, 08.05. - 27.09.2015 ; vernissage 07.05., 18h
www.rietberg.ch

Il y a cent ans, un philanthrope français, le banquier Albert Kahn, envoyait une vingtaine de photographes en Europe, en Asie, en Afrique et en Amérique, afin qu’ils documentent les différents peuples, les paysages et les monuments au moyen d’un toute nouveau procédé technique de photographie en couleurs, l’autochrome. Avec ce vaste projet, Albert Kahn voulait apporter une contribution à la paix dans le monde, dans une période où les grandes nations s’armaient pour la Grande Guerre.

A hundred years ago the French philanthropist Albert Kahn sent twenty photographers to Europe, Asia, Africa and America to document people, landscapes and monuments using the latest techniques of colour photography (Autochrome process). In an era when the world’s nations were gearing up to wage the Great War, Kahn, a French banker, launched this major project as a contribution to world peace.
     


 

Beastly / Tierisch
Fotomuseum Winterthur, Winterthour, 30.05.- 04.10.2015 ; vernissage 29.05., 18h
www.fotomuseum.ch

With : Nobuyoshi Araki, Sammy Baloji, Christoph Brünggel and Benny Jaberg, Balthasar Burkhard, Marcus Coates, Revital Cohen and Tuur Van Balen, Nicolas Deveaux, Charlotte Dumas, Sam Easterson, Filip Gilissen, Stephen Gill, Jitka Hanzlová, Mishka Henner, Pieter Hugo, Peter Hujar, Anna Jermolaewa, Simen Johan, Erik Kessels, Elad Lassry, Jochen Lempert, Chris Marker, Pietro Mattioli, Katja Novitskova, Alessandra Sanguinetti, Moussa Sarr, Carolee Schneemann, Xu Tan and Xiaoxiao Xu.

Representations of animals are ubiquitous in our culture, from advertising hoardings, to newspapers and television, to hundreds of thousands of images uploaded every day to the internet. Human beings, it seems, are obsessed by the image of the animal. Animals are also consistently subjects of public controversy, whether in relation to animal rights, agro-industrialisation, conservation or genetic engineering. Recently, an expanding field of animal studies has sought to question humankind’s relation to the animal world, challenging long-held humanist assumptions about the animal’s external relation to man. In the writings of Derrida, Deleuze and other post-Heideggerians, the animal has become a potent figure of speculative inquiry, offering radically new conceptions of ethics and agency for all species.

Images : © Marcus Coates, Tortoise, de la série Ritual for Reconciliation, 2014, tirage pigmentaire sur papier de riz, 56x42 cm. Courtesy Kate MacGarry, London
© Revital Cohen/Tuur Van Balen, Sterile, 2014, c-print, 69x46 cm

MORE...

   




 

Jules Decrauzat. La vie, un sport – un pionnier du photoreportage
Fotostiftung Schweiz, Winterthur, 30.05. - 11.10.2015 ; vernissage 29.05., 18h
www.fotostiftung.ch

C’est une découverte majeure : près de 1’250 négatifs sur verre datant de la période 1910-1925, qui ont défié le temps dans les archives de l’agence suisse d’images de presse Keystone. La qualité de ces photos était connue, mais on ne savait pas grandchose des circonstances de leur création. Un travail de recherche approfondi permet aujourd’hui d’écrire un nouveau chapitre de l’histoire de la photographie suisse. Né à Bienne, Jules Decrauzat (1879-1960), l’auteur de cette œuvre prolifique est sans doute le premier photojournaliste important de Suisse. En 1900 déjà, il acquiert une renommée internationale en tant que reporter en couvrant les événements mondiaux pour la presse française.

Jules Decrauzat. Life, a Sport – A Pioneer of Photo-reportage
A discovery: approx. 1’250 glass negatives dating from the period between 1910 and 1925 that had resisted the ravages of time in the archive of the Swiss picture agency Keystone. While the quality of these photographs was known, the conditions under which they were taken were largely obscure. Now, thanks to in-depth research, a new chapter in the history of Swiss photography can be written: Biel-born Jules Decrauzat (1879-1960), from whose extensive oeuvre these glass negatives originate, is surely Switzerland’s first major photo-reporter. Decrauzat had already made a name for himself internationally as a photo-journalist around 1900 reporting on world events for the French press.

Images : © Keystone / Photopress-Archiv / Jules Decrauzat
Jules Decrauzat, Essai de vol de Pierre Braiser, Genève, 1911
Jules Decrauzat, Course automobile de l’Automobile Club de Suisse sur le circuit de Gilly-Burtigny, Vaud, 1912

Jules Decrauzat,Tournoi de tennis, Caux, Vaud, 1921

MORE...


__________________________________________________________________________________________________________

EXPOSITIONS EN COURS / ONGOING EXHIBITIONS




 
Geraldo de Barros et Denis Juetzler. Maîtriser l'extrême
Espace L, Carouge, 11.03. – 08.05.2015
www.espacel.net

" En proposant cette exposition, je suis partie de l’intuition de réunir deux artistes actifs dans différents champs des arts visuels et qui utilisent, ou utilisèrent, la photographie comme une technique et un moyen d’expression, construisant des panoramas de l’inconscient avec une absolue "maîtrise de l’extrême". […] Avec les Sobras, Geraldo de Barros récupère de banales photographies produites au long de sa vie. On y voit la famille, les voyages, les anniversaires. Des paysages sans figures humaines ou des silhouettes découpées révélant leur absence. Le découpage, le recadrage, la singularité du fragment photographique, tout cela participe à déplacer ces images d’une archive intime vers une narration universelle, libérée qu’elles sont de leurs caractéristiques individuelles et anecdotiques.
Les photographies de Denis Juetzler sont des portraits d’une nature qui essaie de ne pas se faire remarquer. Une banalité qui guette, rassurante presque, s’il n’y avait la trace de l’artiste, où en tout cas l’attestation d’une normalité bousculée par un fort désir de re-construction. Il y a du vertige dans ces sous-bois et ces entrelacs de branches. Il provient de la faculté de Denis à nous faire douter des limites de la photographie. La retouche numérique, intuitive et sans tabou moral, dialogue avec la façon dont Geraldo découvrit la photographie lorsqu’il réalisa dès 1946 sa série Fotoformas.
Les deux artistes recréent des images qui refusent le naturalisme. Avec les Sobras, Geraldo intervient sur un négatif, très souvent en couleur et qu’il n’a parfois pas fait lui-même, créant avec son agrandissement en noir et blanc de nouvelles façon de (le) voir. Denis intervient sur la multiplication de couches dans ses images numériques, les agrandissant ou les déformant jusqu’à obtenir le degré souhaité pour son paysage exact. Entre les deux artistes, une même liberté pour deux approches différentes, séparées par un "avant" et un "après" Photoshop." Fabiana de Barros (extraits)

Curatrice : Fabiana de Barros

Images : Geraldo de Barros, de la série Sobras, 1996-1998
Denis Juetzler, Composition 163 et Composition 534, série en cours

     




 
Bruno Serralongue. La terre est un crocodile
Mamco - Musée d'art moderne et contemporain, Genève, 18.02. - 10.05.2015
www.mamco.ch

La terre est un crocodile de Bruno Serralongue (1968, FR) est constituée d’une sélection d'images liées à trois événements récemment traités par les organes de presse. La photographie n’existe ainsi qu’à partir de l’univers médiatique que B. Serralongue contourne, déplace et critique. Une façon pour lui de partir d’un conditionnement donné pour inventer des images dotées d’une indéniable charge politique. Le titre de l'exposition fait référence à la question du droit du sol dont il est question ici.
Calais (2006-2008), la première série d’images, concerne les migrants postés à Calais qui cherchent par tous les moyens à rejoindre la Grande-Bretagne. L'artiste dresse un état des lieux accablant en montrant les conditions précaires dans lesquelles des hommes tentent de survivre avant d’aller ailleurs. La deuxième série, Florange (2011-2013), porte sur la lutte des ouvriers des hauts fourneaux d’ArcelorMittal à Florange et à Hayange dans le nord de la France. Ceux-ci ont fait grève pendant de longs mois pour s’opposer, sans succès, à la fermeture de leur lieu de travail. Enfin la troisième série d’images, Notre-Dame-des-Landes, (2014-en cours), concerne le site de construction du futur aéroport de Nantes sur lequel sont installées nombre de personnes hostiles au projet.
Pour prendre chaque ensemble de photos, B. Serralongue est allé sur place après avoir sélectionné les événements par voie de presse, une façon pour lui de se réapproprier des faits et gestes amplement médiatisés.

Bruno Serralongue’s The earth is a crocodile exhibition is a selection of photographs from three series of pictures taken over the past few years. Each one is about a specific situation, a particular political context, and offers a view of an event that has become a focus of media attention — for these photographs only exist because of the media world, which Serralongue circumvents, shifts and, in his own way, criticises. Starting with a prepackaged event, he creates images that carry an unmistakable political charge. La Terre est un crocodile — a title that refers to the issue of land, and more specifically land rights, which pervades the exhibition — shows three events recently covered by the press.

Images : Bruno Serralongue, de la série Notre-Dame-des-Landes, septembre 2014
Bruno Serralongue, Abri #4, de la série Calais, Calais, avril 2007
Bruno Serralongue, En grève, devant l’usine à froid d’ArcelorMittal, de la série Florange, 7 mars 2012
     




 
After Dark. Œuvres de la collection du Frac Île-de-France
Mamco - Musée d'art moderne et contemporain, Genève, 18.02. - 10.05.2015
www.mamco.ch

Avec / with : Erica Baum, Maurice Blaussyld, Alejandro Cesarco, Isabelle Cornaro, Haris Epaminonda, Élise Florenty et Marcel Türkowsky, Mark Geffriaud, João Maria Gusmão et Pedro Paiva, Benoît Maire et Étienne Chambaud, Ralph Eugene Meatyard, Florence Paradeis, Tobias Rehberger, Jimmy Robert, Bojan Šarcevic, John Stezaker.

Dans un espace entièrement plongé dans l’obscurité, l’exposition présente un ensemble d’œuvres ayant toutes en commun de donner à percevoir certaines formes du réel dont le sens tend irrémédiablement à nous échapper. Que ce soit un message écrit au mur avant d’être volontairement gommé (Jimmy Robert), une série de caisses plates en bois contenant des objets auxquels nous n’aurons jamais accès (Maurice Blaussyld), un groupe de personnes qui resteront toujours anonymes (Ulla von Brandenburg), ou encore un ensemble d’images visibles qu’un instant au gré du balayage d’un faisceau lumineux (Mark Geffriaud), il est régulièrement question d’une approche, d’indices, de signes plus qu’évocateurs, mais qui ne dévoileront jamais totalement ce qu’ils semblent pourtant vouloir nous révéler. D’une certaine manière, ces œuvres semblent nous indiquer que l’essentiel, précisément, est ailleurs. Non pas dans la résolution définitive d’un ensemble de faits qui nous seraient rapportés — le croire serait un leurre — mais dans l’énigme elle-même qui à chaque fois nous est proposée.

In the completely darkened fourth floor of the museum, the exhibition presents a set of works all showing certain kinds of reality whose meaning constantly eludes us. Whether a message written on the wall before being deliberately rubbed out (Jimmy Robert), a series of flat wooden crates containing objects we will never have access to (Maurice Blaussyld), a group of people who will always remain nameless (Ulla von Brandenburg) or a set of images that are only visible for a moment as they are swept by a beam of light (Mark Geffriaud), these highly suggestive approaches, clues and signs will never entirely reveal what they seemingly want to. What they seem to tell us is that the essential is elsewhere — not in the final resolution of a set of reported facts (it would be a delusion to believe that), but in the underlying enigma.

Curateur / curator : Xavier Franceschi

Images : © Jimmy Robert, Sans titre, 2005, détail. Collection Frac Île-de-France
© John Stezaker, Mask XXXVIII, 2007. Collection Frac Île-de-France
© Mark Geffriaud, Polka Dot, 2008. Collection Frac Île-de-France. Photo : Martin Argyroglo
     







 
The Potential of the Unconscious. Moving Parallels in Photographic Art
MACT/CACT, Bellinzona, 28.02. - 10.05.2015
www.cacticino.net

Avec / with : Andrea Good, Stefania Beretta, Dorothee von Rechenberg, Alessandra Spranzi, Annelies Štrba, Mark Yashaev

The Potential of the Unconscious. Moving Parallels in Photographic Art is the title of the exhibition that inaugurates the 2015 season at the MACT/CACT, featuring artists who either work primarily with the camera or who draw on its potential, and making the borders between the concept of ‘photography’ and its more generic and parallel peer of ‘art’ permeable. At some time in the fifties and sixties of the last century, artists started becoming intrigued with technology, so much so as to induce many of them, by the seventies, to perceive photography as an artistic expression. In time, this has unleashed a great number and variety of influences, in film, the cinema, video, the lexicon of advertising graphics, still and animated cartoons, performance art, documentaries and so on. This is how it came about that a genre that, from a certain standpoint, had a strong identity of its own at that time (i.e. working on the idea of ‘pure photography’), thenceforth lost its specific connotation, took to the wing and cross-fertilised with other and parallel forms of production. In the area of traditional art, however, this phenomenon took rather longer to crystallise than in that of photography, in due course giving evident form to the trans-medial and post-contemporary artistic society that is more usually derived from increasingly homogeneous and unisex manifestations that have contributed to clarifying the outlines of a weak, tribal society like ours.
The artists we have analysed and chosen have every right to be classified among the group of authors who, in the early days of this process of renewal taking place within art’s relationship with technology, focused on studying the machine as a phenomenon to be examined, in a society undergoing change and witnessing a dangerous prevalence – also from the point of view of communications and of economic and political propaganda and proselytism – of the ‘medium’ over the ‘message’. The investigation that became necessary in the course of the last few years aimed to understand the extent to which the signifier comes before the significance, creating an aesthetic all of its own. These days, this is an investigation that takes the form – in all areas of artistic production – of understanding art in relation to its formal definition as induced by technology itself or, for example, by the market that can be related to the world of political and commercial information or of the social networks. Every serious study about art passes inevitably through a process of criticising and questioning what qualifies as ‘aesthetic’ art.
While in the Golden Age of photography, it acknowledged all the weight of its own responsibility, these days it is discussed in bi- or multilateral terms, when the artist focuses on researching the trans-medial character of the means of production, i.e. on the denial of its predominance in any form.
So although the artists whose works are on show in this exhibition use their cameras like painters would use their brushes and palette, they depart from the traditions of photography and also overcome the embarrassment of the machine as the pregnant element fundamental to aesthetic production.
Mario Casanova [translation Pete Kercher]

Images : © Mark Yashaev, Undecided, 2014
© Stefania Beretta, Paesaggi improbabili #18, 2013, sewed photograph
© Stefania Beretta, #03, 2014, sewed c-print
© Dorothee von Rechenberg, Lichtung I, 2008
     
Cathleen Naundorf. Haute Couture
Galerie Edwynn Houk, Zurich, 19.03. - 16.05.2015
www.houkgallery.com

Since 2005, Cathleen Naundorf (1968, DE ; lives in Paris) has been working on her series Un rêve de mode, focusing on famous couture fashion houses including Chanel, Dior, Gaultier, Valentino, Elie Saab and Christian Lacroix. She has been able to personally select gowns from the couturiers’ archives and to construct elaborate and almost cinematographic settings for her photographs, capturing the grace, grandeur, and remarkable beauty of the clothes.
For nearly 15 years, Naundorf has been using large format cameras with Polaroid film. After shooting the image, she then transfers the film onto a special paper. Using various techniques and manipulations directly on the transfer, she creates a plethora of surface particularities, visible on the final prints – the bleeding and blurring of the images, the pooling of color. For the black and white pictures, also shot on Polaroid film, each is reworked and retouched by hand. In all of her pictures, the various marks, distortions, and reworkings give the effect of a passing of time to a long ago grand age of elegance and beauty.
     
Renate Buser. Goshen / New York
Galerie Gisèle Linder, Bâle / Basel, 25.03. - 16.05.2015
www.galerielinder.ch

Dans ses travaux photographiques, Renate Buser (1961, CH) rend visible des structures architecturales qui en réalité passent souvent inaperçues dans l’agitation urbaine. Pour son exposition Goshen | New York elle a pris aux Etats-Unis et au Canada des photographies numériques de célèbres bâtiments de l’époque du classique moderne et du brutalisme.

For her exhibition Goshen | New York, Renate Buser (1961, CH) has shot digital images of famous Classical Modernist and Brutalist architecture in the US and Canada. Her photos reveal architectonic structures that are often lost in the urban bustle of the real world.
     
Mariapia Borgnini. Universo da tavolo
Galleria Cons Arc, Chiaso, 29.03. -17.05.2015
www.consarc.ch

Mariapia Borgnini (1952, Bellinzone ; vit à Lugano, CH) est une artiste pluridisciplinaire. Elle présente une installation conçue pour l'espace de la galerie, l'Univers de la table. La photographie devient ici le code nécessaire à la traduction d'une pensée personnelle et en même temps universelle.

Image : Mariapia Borgnini, de la série Universo da tavolo, tirage jet d'encre, 50x60 cm
     




 

Paul Strand. Photography and Film for the 20th Century
Fotomuseum Winterthur, Winterthour, 07.03. - 17.05.2015
www.fotomuseum.ch

Le photographe américain Paul Strand (1890–1976) est mis à l’honneur dans la première rétrospective majeure qui lui est consacrée en Europe. Le parcours de l’exposition rend compte des images qu'il a réalisées des années 1910 aux années 1960 : aussi bien des portraits de rue candides que des gros plans de formes naturelles ou mécaniques, ainsi que les expérimentations du photographe dans les domaines de l’abstraction et de la réalisation de films. Paul Strand a toujours été animé par une forte conscience sociale ainsi qu’un sens du devoir en tant qu’artiste. Il était persuadé que sa responsabilité en tant que photographe était de rendre compte du combat humain quotidien, aussi bien économique que politique.

This is the first major retrospective in Europe of the work of Paul Strand (1890–1976), one of the great photographers of the twentieth century. The exhibition reveals the multiplicity of his practice, from his early efforts to secure photography’s position as a modernist art form, to his embrace of film-making, to his important post-war photo books. Strand is revealed as a complex and contradictory figure: a stubborn aesthete, a communist sympathiser and a pastoralist motivated by a strong sense of social purpose.
The exhibition begins with Strand’s rapid mastery of the prevailing avant-garde styles of the 1910s and his growing interest in urban subject matter, including a series of innovative close-up portraits of people taken on the streets of New York. After 1945, Strand devoted his energies primarily to the production of photo books, offering him the opportunity to create complex portraits of people and place. The exhibition concentrates on three of his most important productions, including his portrait of the Italian village of Luzzara, published as Un Paese in 1955. Concentrating on the lives of ordinary people, Strand’s photography provides a moving testimony to the democratic qualities of everyday life.


Publication : Peter Barberie, Paul Strand - Master of Modern Photography, Philadelphia Museum of Art / Yale University Press, 2014

Images : Philadelphia Museum of Art, The Paul Strand Retrospective Collection. © Estate of Paul Strand
Paul Strand, White Fence, Port Kent, New York, 1916, tirage gélatino-argentique, 24.5x32.5 cm
Paul Strand, Young Boy, Gondeville, Charente, France,1951, tirage gélatino-argentique, 19.4x24.4 cm
Paul Strand, The Family, Luzzara (The Lusettis), 1953, tirage gélatino-argentique, 29x37 cm

MORE...

     




 

Meinrad Schade. La guerre sans la guerre / War without war
Fotostiftung Schweiz, Winterthur, 07.03. - 17.05.2015
www.fotostiftung.ch

Voilà plus de dix ans que Meinrad Schade (né en 1968) travaille à son projet Vor, neben und nach dem Krieg – Spurensuche an den Rändern der Konflikte. Il a voyagé dans différentes régions de l’actuelle Russie et dans des pays de l’ex-Union soviétique, en Israël et en Cisjordanie, pour documenter des conflits passés, qui couvent encore et qui pourraient éclater à nouveau dans des reportages d’une grande sensibilité. La nouvelle exposition de la Fondation suisse pour la photographie est consacrée à ce projet.
Meinrad Schade n’est pas un photographe de guerre au sens classique du terme, de ceux qui courent les points les plus chauds du globe pour alimenter la presse à grand tirage d’images violentes prises sur le vif. Il tourne même délibérément le dos à ce « marché » florissant, notamment sur l’Internet. D’une part, admet-il, parce qu’il n’a pas le courage de faire des photos brutales, d’autre part, parce qu’il ne croit pas que des images de ce genre aient un effet salutaire de sensibilisation ou de dissuasion. Meinrad Schade travaille lentement et sur la durée. Il se concentre sur les scènes en marge du grand théâtre de la guerre, sur des lieux et des événements que les médias négligent ou qui sont tombés dans l’oubli.

Meinrad Schade (born 1968) has been working for more than ten years already on his long-term project “Vor, neben und nach dem Krieg – Spurensuche an der Rändern der Konflikte”. He has travelled regions in today’s Russia and in states of the former Soviet Union, Israel and the West Bank, engaging with former, still smouldering and even recurring conflicts through his dedicated photo essays. The new exhibition at the Fotostiftung Schweiz is devoted to this project.
Meinrad Schade is not a war photographer in the classical sense. He does not take photographs at the hotspots of military conflicts so as to supply the sensationalist press with images of violence. This “market”, which is also flourishing today in the Internet, he deliberately opposes because, on the one hand, he simply would not have the courage to pursue brutal war photography, and on the other, because he questions the idea that images of that kind have an enlightening effect or act as a deterrent. Schade works slowly and over longer periods of time. He concentrates on the subsidiary scenes in areas of conflicts, the places ignored by the media and forgotten.

Images : © Meinrad Schade
Meinrad Schade, Volgograd, anciennement Stalingrad, Fédération de Russie, 2009
Meinrad Schade, Jéricho, Cisjordanie, 2014
Meinrad Schade, War & Peace Show, Beltring, Kent, Angleterre, 2009

MORE...

   


Yves Leresche. Roms, la quête infatigable du paradis
Forum de l'Hôtel de Ville, Lausanne, 22.04. - 23.05.2015
www.esf.ch

Roms, la quête infatigable du paradis, c’est cinq ans d’histoires de vie de Roms, photographiés en Suisse et en Roumanie, c’est un travail d’immersion dans la vie de la minorité la plus discriminée d’Europe, c’est une somme d’expériences de bourlingues donnant à mieux connaître ces femmes et ces hommes venus mendier dans nos rues.

Yves Leresche a vécu avec les Roms, chez eux, dans leurs maisons, comme dans leurs abris de fortune, chez nous. Son témoignage, unique en son genre, donne à voir ce peuple dans ses réalités, en opposition à toute image folklorique ou stigmatisante. Et, pour la première fois, le photographe parle. Aux images s’ajoutent des mots qui démontent les idées reçues sur les Roms. Les images d’Yves Leresche sont fortes et d’une proximité rare, son regard est direct et sans artifices. Il nous emmène en toute simplicité dans la vie des personnes qu’il rencontre et c’est là que s’opère aussitôt la magie de son art.
     
 
Tevfik Ataman. L’homme aux histoires 1984-2014
Fondation Auer Ory pour la photogaphie‏, Hermance, 07.03. - 24.05.2015
www.auerphoto.com

"Je ne construis pas une mémoire, par contre, j’en invente une de toutes pièces. Je téléscope des vestiges, brouille des pistes et en dégage d’autres." Tevfik Ataman

Exaltateur d’épanchements picturaux, manipulateur de formes, Tevfik Ataman (1953, Istanbul) est un conteur brouilleur d’époques et de cultures. Il nous entraîne dans son laboratoire devenu dédale du Bazar où l’on va s’égarer avec bonheur parmi les morceaux de puzzles qui ne s’imbriquent pas, se chevauchent, se lient, se heurtent, des images dans l’image, des miroirs inversant l’abîme, autant d’ingrédients nécessaires à ce travail précieux et précis du miniaturiste plongeant dans les légendes d’Asie, de Perse, d’Arabie, sans oublier les scorpions, serpents, ânes et autres animaux devenus invisibles entre les plans.

     





Carte Blanche à Matthieu Gafsou
Galerie C, Neuchâtel, 16.04. - 30.05.2015
www.galeriec.ch

Avec / with : Matthieu Gafsou, Cyril Porchet, Nicolas Savary, Eduardo Serafim, Alexey Titarenko et Benoît Vollmer.

Carte Blanche à Matthieu Gafsou présente six photographes d’horizon différents, dont Matthieu Gafsou lui-même, qui revient avec une traque céleste après avoir exposé Only God Can Judge Me au Musée de L’Elysée à Lausanne en 2014. Tel un écho à la frénésie humaine, les photographies de Matthieu Gafsou, Cyril Porchet, Nicolas Savary, Eduardo Serafim, Alexey Titarenko et Benoît Vollmer, résonnent délicatement les unes avec les autres, offrant un périple fantasmagorique au sein d’un espace temps en latence.

L’immensité astrale de notre univers semble composer, avec une élégance étincelante, un ballet de lumière au sein des œuvres de Matthieu Gafsou, qui propose un prologue à la série fraîchement inédite Ether. Noyé au coeur d’une accumulation de vies humaines, le spectateur fait face au travail de Cyril Porchet, dans un grand chaos qui semble s’unir avec fracas, alors que Nicolas Savary offre une explosion optique et hypnotique, avec sa série Crazy Cars où éclairages et automobiles se déchaînent et s’unissent.

Mystiques, les œuvres d’Eduardo Serafim et Alexey Titarenko sont pourvues d’un caractère immatériel, où de deux façons différentes l’Homme semble en proie à une élévation indistinctement sensuelle. Quant à Benoît Vollmer, le photographe s’abandonne à la capture d’une danse endiablée, où le paysage mène une lutte ensorcelante avec l’élément invisible qu’est le vent. Sublime artifice, le mouvement anime avec une impulsion voluptueuse les œuvres des six photographes présentés au sein de cette exposition.

Publication : Un catalogue avec un texte de Nathalie Herschdorfer est édité pour l'occasion.

Images : Courtesy Galerie C
Matthieu Gafsou, Traces 3b, 2015, tirage pigmentaire, 110x137.5 cm, de la série Ether (prologue)

Benoît Vollmer, Dépositions 5, 2010, tirage jet d’encre sur papier japonais fin Kozo, 150x180 cm
Alexey Titarenko, Crowd 2, de la série City of Shadows, Saint Pétersbourg, Russie, 1993, épreuve argentique à la gélatine, 40.6x40.6 cm. Courtesy of Alexander Gallery, New York


Luca Zanier. Space and Energy / Corridors of Power 
Oslo8, Bâle / Basel, 18.04. - 30.05.2015
www.focale.ch

"Mon intention est de rendre visible, d’une manière artistique, ces centrales d’énergie. Dans ce processus, l’information en tant que telle passe au second plan. Il s’agit plutôt de photographier des perspectives, des couleurs et des formes. Ce que je cherche, c’est la dissolution de la technique dans l’esthétique. Le spectateur se trouve confronté à un système ultracomplexe duquel dépend notre vie moderne, un système qui, en même temps, nous fascine et nous fait peur." 
Luca Zanier

"My intention is to capture these plants on film in an artistic manner. Pure information is in the background. The idea is more about perspectives, colours and shapes. What I am proposing is to dissipate technology into aesthetics, at least to a certain extent. Only the caption will remind the beholder of what he or she is contemplating: A highly complex system whereof our modern life depends. Energy systems which serve us and, at the same time, can threaten us."
Luca Zanier 


Images : © Luca Zanier, Spectrometer, balance of neutrino, Katrin I, Zurich, 2011, série Space and Energy
© Luca Zanier, UN Trusteeship Council I, New York, 2008, série Corridors of Power
     


Lea Lund & Erik K. NY&Co
Galerie La Golée, Auvernier, 19.05. - 31.05.2015

"Le Dandy doit aspirer à être sublime sans interruption, il doit vivre et dormir devant un miroir"
Charles Baudelaire

Né en RDC, Erik K est un Dandy digne de Baudelaire. Dans ce projet collaboratif il se retrouve muse et sujet de l’objectif de Lea Lund. Donnant suite au portfolio Etapes, l’exposition NY&Co présente Erik dans divers lieux emblématiques de New York. Après avoir sillonné l’Europe et les ruines de ses grandes villes, on découvre une vision parfois plus comique et familière du couple. Comme, par exemple, quand Erik fait son jogging sur un des nombreux ponts de la ville qui ne dort jamais.

Image : © Lea Lund & Erik K., Pic Corvatsch, Engadine, 2014
© Lea Lund & Erik K., Rockaway Far, Queens, NYC, 2014
     


Interfoto 1975-2015
CPG Centre de la photographie Genève, 10.04. - 31.05.2015
www.centrephotogeneve.ch

Depuis 1975, le collectif de photographes genevois Interfoto couvre les manifestations et événements à caractère social et politique les plus divers à Genève et en Suisse romande. D’abord en tant qu’agence pour la presse syndicale et militante, puis aussi comme auteur de livres, Interfoto a poursuivi son engagement loin du milieu de l’art. Il devenait ainsi urgent, après presque 40 ans, de présenter ce travail fait en amateur non rémunéré et anonyme (les six membres de l’équipe actuelle signent les photographies toujours en n/b, uniquement par le nom du collectif, Interfoto) à un public plus divers dans un cadre institutionnel.

L’exposition mett en avant autant l’aspect militant, avec des extraits de publications (des unes de journaux, des tracts, des affiches), que le mode d’exposition économique du collectif. Interfoto avait été invité par le CPG au colloque Affaires d’archives en 2012, puis à l’exposition collective Cherche appartement en 2013. L’exposition fait écho aussi bien à des questionnements contemporains du style documentaire tels que le CPG l’a proposé par exemple dans le passé avec les expositions de Bruno Serralongue ou Philippe Durand, qu’à des questions de militantisme tel que le travail de Fred Lonidier soulève et que le CPG présente à la suite d'Interfoto.

MORE...



 
Henri Cartier-Bresson. Premières photographies
MBAL Musée des beaux-arts, Le Locle, 22.02. - 31.05.2015
www.mbal.ch

En 1932, à l’âge de 24 ans, Henri Cartier-Bresson (1908-2004) acquiert un Leica, un appareil de photo léger et maniable. L’appareil – devenu mythique grâce à lui – devient l’extension de son œil et ne le quittera plus. Il voyage, transporte son Leica partout, et observe le monde à travers lui. C’est ainsi que " l’œil du siècle ", Henri Cartier-Bresson, l’un des photographes les plus influents du 20e siècle, co-fondateur de la célèbre agence Magnum Photos, a débuté sa carrière. Après s’être essayé au dessin et à la peinture, la photographie lui permet de saisir ces instants du réel, le Leica représentant à ses yeux " l’instrument parfait pour le dessin accéléré et l’exercice du regard sur la vie ". Il photographie abondamment, d’abord en Côte d’Ivoire où il passe un an et dit y prendre ses premières images, puis, envoûté par le surréalisme, voyage en France, en Italie, en Espagne, au Maroc, au Mexique et à New York. En trois ans, il pose sa grammaire visuelle et crée l’une des œuvres les plus originales et influentes de l’histoire de la photographie.

The Early Work. In 1932, at the age of twenty-four, Henri Cartier-Bresson acquired a hand held Leica camera and his previously casual interest in photography became a passion. Over the next three years he created one of the most original and influential bodies of work in the history of photography. The Museum of Fine Arts dedicates its new exhibition to the early work of photography most beloved talent.

Images : © Henri Cartier-Bresson / Magnum Photos
Henri Cartier-Bresson, Calle Cuauhtemoctzin, Mexico, 1934
Henri Cartier-Bresson, Madrid, 1933
   




 
Morgenröte, aurora borealis and Levantin. Into Your Solar Plexus
Kunsthalle Bern, Berne, 30.01. - 07.06.2015
www.kunsthalle-bern.ch

Avec / with : Hans Bachmann, Jean Louis Auguste de Beaumont, Pauline de Beaumont, Alfonso Bernardi, Donatella Bernardi, Luciano Bernardi, Egidio De Rubelli, Andreas Dobler, Walter Eggimann, Franz Fedier, Fredrik Fermelin, Noémie Gygax, Albrecht von Haller, Werner Hartmann, Konrad Hofer, Gustave-Auguste Jeanneret, Heinz-Peter Kohler, Charles L'Eplattenier, Beat Lippert, Davide Masi, Saloua Raouda Choucair, Katja Schenker, Hala Schoukair, Franz Treichler, Robert Walser, Niels Wehrspann, Hugo Wetli et al.

La curatrice invitée de la Kunsthalle Bern, l’artiste et historienne de l’art genevoise Donatella Bernardi, s’est laissé inspirer, à partir d’archives photographiques privées de son oncle et parrain Alfonso Bernardi, par un voyage visuel et multithématique à travers une diversité de domaines artistiques. En partant de photographies spectaculaires, prises dans les années 70 par Alfonso Bernardi lors de ses expéditions en Himalaya et au Proche-Orient, l’exposition – dans l’esprit d’un cabinet d’art et de curiosités contemporain – met en rapport histoire de l’art suisse et art moderne et contemporain au Liban.

For her engagement at Kunsthalle Bern, the guest curator Donatella Bernardi has conceived a site-specific and highly personal exhibition project, which clearly draws on local and national, almost prototypically Swiss myths: the heyday of alpinism and the romanticization of the Swiss mountain landscape in 19th century art are contrasted with (and hence contextualized through) works by a Lebanese artist which have recently engendered a vigorous debate. A feminist perspective on Arabic modernism and an interest in antique and contemporary ruins in war-torn Syria will serve as points of reference. From the middle east, the project’s journey leads to the snow-capped five-thousand-meter high peaks of the Himalaya, following a route that was completed in 1976 by a now legendary relative of Bernardi’s – the ascent to the summit serving as a metaphor for the excursion into one’s own self, for the exploration of the artist’s supposedly familiar and firm biographical roots. Both elusive and fascinating, such biographical sediments play a role in all our lives – and they highlight the timeless quality of historic and familial occurrences.

Curatrice / curator : Donatella Bernardi

Images : © Alfonso Bernardi
     




Sandra Calligaro. Afghan Dream
Focale, Nyon, 19.04 – 07.06.2015 
www.focale.ch

Afghan Dream est un travail au long cours réalisé entre 2011 et 2014: il montre l’évolution de la société afghane, bousculée par treize ans de présence internationale. L’intervention des forces de la coalition, le retour de la diaspora et l’effort majeur de l’aide ont favorisé le renouveau de la classe moyenne et l’émergence d’une jeune génération dans la capitale.
Le projet de Sandra Calligaro (1981, FR) rend compte de l’expérience de la ville au quotidien et présente les Afghans – les Kaboulis plus précisément – de la manière la plus ordinaire possible, dans des situations qui les rendent plus proches du spectateur et allant ainsi à contre-courant de la majeure partie des images véhiculées dans la presse, principalement focalisées sur le sensationnel du conflit. Le pays traverse actuellement une période charnière : après des élections chaotiques entre avril et septembre 2014, la mission de l’Otan s’achève, le retrait des troupes internationales risquant ainsi de compromettre le fragile équilibre de vie de cette tranche de la société.

" The series Afghan Dream is a long-term project I have been working on since 2011. Having lived for several years in Kabul, I wanted to record the experience of daily life in the city through my eyes as an author. As a member of the Picturetank agency, my work has appeared regularly in the media. But with this work I took a documentary approach in order to show Afghanistan in ways rarely depicted in the news. My goal was to show the new middle class of Kabul in the most ordinary way possible, providing an alternative to the sensational tone of the media, which focuses primarily on conflicts. A mother helps her daughter to do her homework. Teenagers chat on their smartphones. A family watches television. These situations underline the similarities between their culture and the viewer’s. " Sandra Calligaro

MORE...

     
Laubscher | Petersen | Plademunt | Roessel
PhotoforumPasquArt, Bienne / Biel, 18.04. - 14.06.2015
www.photoforumpasquart.ch

Yann Laubscher (1986, CH), Regine Petersen (1976, DE), Aleix Plademunt (1980, ES) et Jonathan Roessel (1989, CH) pratiquent la photographie comme outil d’investigation. En se lançant sur les traces du loup, figure insaissable, Laubscher thématise le mythe de la vie sauvage. Fascinée par le phénomène des météorites, Petersen enquête sur leurs impacts perturbateurs et façonne ainsi un récit visionnaire. A partir d’une ancienne carte postale, Plademunt construit un univers narratif où il questionne la notion de distance. Et Roessel propose, entre approche conceptuelle et documentaire, une reconstitution de la vie d’un archéozoologue disparu.

Image : © Yann Laubscher, de la série en cours M-38
     




Matthieu Gafsou. La fabrique de la nature
Musée du Léman, Nyon, 10.03. - 15.06.2015 
www.museeduleman.ch


En pénétrant dans la Réserve des Grangettes, Matthieu Gafsou pensait découvrir un espace abandonné à la nature. A sa grande surprise, il se retrouve dans un territoire où les interventions humaines sont massives. Pour donner à voir ce façonnement de la nature, il choisit de montrer les traces d’interventions humaines au travers de photographies ostensiblement fabriquées. Ses images sont ainsi aux antipodes de la photographie naturaliste. Ne cherchant pas à célébrer la beauté de la réserve ou à montrer sa richesse végétale et ornithologique, il se contente de la présenter telle qu’il la perçoit : un espace régi par un équilibre fragile entre les actions humaines et les velléités de la nature, entre l’harmonie interne et les pressions extérieures. 

Né en 1981, Matthieu Gafsou est sans conteste l’une des étoiles montante de la photographie suisse. Formé à l’Ecole supérieure d’arts appliqués de Vevey, il partage son temps entre ses travaux photographiques et ses enseignements à la Haute école d’art de Lausanne. Lauréat de nombreux prix et bourses, auteur de quatre livres, il a exposé dans des lieux prestigieux (Musée de l’Elysée, Musée d’art contemporain de Marseille, Moscow Museum of Modern Art, etc.). Ce projet photographique a été commandé à Matthieu Gafsou par la Fondation des Grangettes dans le cadre de son 25e anniversaire. 

Événements :
Mardi 21.04.2015, 19h : rencontre-débat autour des travaux de Matthieu Gafsou, Sarah Carp et Olivier Robert (en collaboration avec la Galerie Focale).
Dimanche 26.04.2015, 14h30 : visite guidée par le photographe
     


 
Sharon Lockhart. Milena, Milena
Kunstmuseum Luzern, Lucerne, 28.02. - 21.06.2015
www.kunstmuseumluzern.ch

Who is Milena? For the American artist Sharon Lockhart (b. 1964) she is a specific friend, for the public the girl Milena stands as an example of a young person asserting herself in spite of adverse conditions of life. Sharon Lockhart, who became friends with Milena during a film project in Łodź, Poland, portrays the orphan girl’s transition from childhood to adolescence. The artist, however, does not give away the teenager’s secrets, but puts the individual story in a larger cultural context.
The remarkable friendship between Milena and Sharon Lockhart is the starting point of the exhibition at Kunstmuseum Luzern. The artist is generally interested in humans and places that have been forgotten or overlooked. For her projects she becomes part of the people’s everyday life, and creates touching portraits of individuals and social groups while applying minimalist aesthetics. For her installations Sharon Lockhart uses photographs and videos, as well as strategies and methods of documentary, anthropology and sociology.

Publication : Sharon Lockhart with texts by George Baker, Lars Bang Larsen, Adam Budak, Fanni Fetzer and Camilla Larsson, published by Silvana Editoriale / Kunstmuseum Luzern.

Curators : Adam Budak and Fanni Fetzer

Images : © Sharon Lockhart. Courtesy the artist, neugerriemschneider, Berlin; Gladstone Gallery, New York and Brussels; Blum & Poe, Los Angeles
Sharon Lockhart, Milena, Jarosław, 2013, détail d'une série de 3 c-prints, chacun 128.8x103.3 cm, 2014
Sharon Lockhart, Audition Two, Darija and Daniel, 1994, c-print, 124x152.5 cm. The Sander Collection
     



 
Christian Coigny. Photographies
Musée historique de Lausanne, 06.03. - 28.06.2015
www.lausanne.ch/mhl

" Combien de nouveaux clichés publiés chaque jour sur le site Facebook ? 350 millions ! Antidote au règne de la pléthore et de l’amnésie, les photographies de Christian Coigny percutent le jeu de la culture horizontale. Elles sont l’exception selon Godard (" Il y a la culture qui fait partie de la règle. Il y a l’art qui fait partie de l’exception…. "). On les suppose classiques, mais elles font dissidence. Elles semblent silencieuses, mais elles parlent. Elles sont d’une noblesse qui n’est d’aucune élite, d’une rigueur qui n’appauvrit pas, d’un équilibre infiniment prêt à basculer…
Tour à tour Christian Coigny plonge aux sensibilités cristallisées durant son enfance intime et réservée, remonte aux maîtres du Quattrocento, revient aux formes de l’architecture apparues en Europe entre 1925 et 1940, feuillette ses souvenirs emplis de silhouettes et de corps admirés, regagne la peinture américaine d’après la Seconde Guerre mondiale, s’exhausse jusqu’au présent pour y repérer quelques motifs d’enthousiasme et de désolation, redescend, remonte et recommence. Tels sont ses voyages. "
Christophe Gallaz, " L’exception ", préface à Christian Coigny, Ides et Calendes, 2014

Le Musée historique présente quelque 70 tirages argentiques – portraits, nus, natures mortes et paysages – en noir et blanc et évoque les travaux de Christian Coigny pour la publicité et la mode, au service de marques prestigieuses séduites par son esthétique.

Curateurs : Laurent Golay, Julie Casolo; avec la complicité de Thierry Zufferey

Images : Christian Coigny, Marco Cantalupo et Katarzyna Gdaniec pour Linga, 1994
Christian Coigny, Atelier, Lutry, 1996
     




Cédric Eisenring & MAZ-Diplomklasse 14/15
Coalmine Fotografie, Winterthur, 10.04. - 03.07.2015
www.coalmine.ch

Avec / with : Cédric Eisenring, Florian Bärtschiger, Mario Heller, Patrick Hürlimann, Matthias Käser, Peter Käser, Eleni Kougionis, Franziska Rothenbühler, Matthias Taugwalder

MAZ-Diplom class 14/15. In Between - Inner Travel
The Forum for documentary photography curated by Sascha Renner presents the work of eight young photojournalists educated at the MAZ (swiss school of journalism).
Teachers at MAZ : Reto Camenisch, Meinrad Schade (responsible for this project).

Cédric Eisenring. The Yellow Doors
The Space for contemporary photography curated by Alexandra Blättler exhibit the work of Cédric Eisenring (born 1983, lives in Zurich) who received his Master in Fine Arts in 2014 at the University of Zurich of the Arts (Zürcher Hochschule der Künste, ZHdK).

Images (courtesy Coalmine) : © Eleni Kougionis, Sanna & Ulrico, Ecovillage Pianta Monda, Menzonio, from Alternative Lebensräume in der Schweiz
© Cédric Eisenring, Kitchen sink, 2014, héliogravure
     
Les cent premiers jours des années soixante-dix.
Photographies et documents issus des archives du galeriste Pablo Stähli

Museum im Bellpark, Kriens, 25.04. - 05.07.2015
www.bellpark.ch

Pablo Stähli (1944) était l'une des figures les plus influentes de la nouvelle scène artistique au début des années 1970 à Lucerne. Comme cela était courrant à l'époque, il a joué différents rôles : éditeur, artiste et documentariste, puis galeriste. Il a travaillé avec des artistes comme Markus Raetz, Urs Lüthi, Paul Thek, Dieter Roth, Fischli / Weiss, avant qu'ils ne soient connus à l'échelle internationale. De plus, Stähli a documenté cette scène artistique avec sa caméra. L'exposition montre aussi bien des photographies que des documents et permet de mieux comprendre les archives privées de Pablo Stähli.
Une publiction accompagne l'exposition.

Image : © Pablo Stähli, Die erste Sekunde, 1970, tirage argentique sur papier baryté
     




 

Martin Becka. Dubai Transmutations
Musée suisse de l'appareil photographique, Vevey, 11.03.-21.09.2015
www.cameramuseum.ch

Martin Becka, photographe et enseignant d’origine tchèque, allie l’utilisation d’un procédé des débuts de la photographie, le négatif sur papier ciré, avec l’usage de chambres de voyage jusqu’à de grands formats (40x50 cm)… et la représentation d’un sujet complètement actuel voire futuriste dont les épreuves positives sont tirées par contact sur papier salé et virées à l’or… Son travail, choc entre le "temps suspendu" qu’impose l'utilisation de procédés du XIXe siècle confrontés à un sujet contemporain au tempo frénétique, est parfaitement dans la ligne des expositions thématiques du Musée suisse de l'appareil photographique. En parallèle à la beauté de ces images qui touchent au sublime, l’occasion est trop belle pour le musée d’évoquer plus en détail ce procédé mis au point en 1851 par Gustave Le Gray.

Martin Becka est né en 1956 à Brno (Tchécoslovaquie). Depuis 1968, il vit à Paris. Après son baccalauréat et un CAP de photographie, il travaille comme laborantin à l'agence Sépia, puis réalise rapidement ses premiers reportages photos. De 1979 à 2000, il est pigiste pour la presse. Il couvre l'actualité politique et sociale, réalise des sujets magazines, et fait des portraits de personnalités. En parallèle, il entreprend dès le milieu des années 1980 des recherches sur l'histoire de la photographie, les techniques photographiques préindustrielles et démarre un travail personnel. Il obtient un DEA en Histoire des Techniques en 2006. A la fin des années 1990, il décide de se consacrer à son travail artistique, aux recherches sur l'histoire de la photographie et à l'enseignement. Depuis 2002 il enseigne les procédés négatifs papier à l'Institut National du Patrimoine Paris, il a enseigné la photographie aux Beaux Arts de Versailles de 2011 à 2013. Martin Becka a régulièrement montré ses images dans des expositions collectives et individuelles depuis le début des années 1990: Galerie Baudoin Lebon, Paris, de 2004 à 2010, Galerie Empty Quarter, Dubai, de 2008 à 2012, actuellement Galerie East Wing à Dubai.

Martin Becka, photographer and teacher from Czechoslovakia, combines the use of a process going back to the beginnings of photography, printing the negative on wax paper, with the use of travelling cameras and large formats (up to 40 x 50cm)… and the representation of a completely modern, even futuristic subject, whose print positives are produced by contact with salted paper and then gold-toned…. His work, the juxtaposition of “time in suspension” imposed by the use of XIXth century processes, confronting a contemporary subject at a hectic tempo, is completely in line with our themed exhibitions. In parallel with the beauty of these images that border on the sublime, the occasion is just right for our institution to evoke in greater detail the process perfected in 1851 by Gustave Le Gray.

MORE...

     




Glaciers en péril ? & Alt+1000
Maison du futur, Les Berges de Vessy, Veyrier, 28.03. - 31.10.2015
www.lesbergesdevessy.ch

La maison du futur vous ouvre ses portes pour la première fois et vous présente deux expositions sur la thématique de la montagne. La maison du futur représente le point névralgique du projet de réhabilitation des Berges de Vessy. Ce nouveau bâtiment de 620 m2 dispose d'un socle en maçonnerie de béton, surmonté d'un étage entièrement en bois avec des ouvertures généreuses en façade. Il accueil un programme d'activités multiples comme des expositions temporaires, des ateliers, des visites ou encore des conférences.

Glaciers en péril ?
Du glacier du Rhône à ceux du massif du Mont-Blanc, l'exposition révèle les changements du paysage alpin par des comparaisons visuelles. Des gravures, peintures, photographies, affiches, films, images en 3D et créations contemporaines mettent en scène les diverses représentations des glaciers depuis le XVIF siècle jusqu'à nos jours. Mieux qu'un long discours, ils donnent la mesure du déclin actuel de ces géants.
Curateur : Nicolas Crispini

Alt.+1000
Avec : Nicolas Crispini, Susan Evans, Matthieu Gafsou, Pablo Lopez Luz, Simon Norfolk, Daniel Shea, Awoiska van der Molen ainsi que les images réalisées par les visiteurs du festival Alt.+1000 avec Penelope Umbrico. Cette exposition aborde la montagne, d'une part en tant qu'environnement fragilisé par l'homme, d'autre part en tant que paysage vénéré. Composée de photographies et de projections produites par huit artistes internationaux, l'exposition propose au public une promenade à travers des œuvres variées ouvrant la réflexion sur la représentation de l'altitude.
Curatrice : Nathalie Herschdorfer

Images : © Nicolas Crispini, Glacier Gorner, 2014
© Matthieu Gafsou, Massif de la Bernina, Grisons, 2010, de la série Alpes, 2010-2011
© Simon Norfolk, Time Taken 1, Late-Winter, 2013-15, tirage chromogénique digital, 53.3x66 cm (présenté sous forme de vidéo dans l'exposition)
     




 
Charles Clos Olsommer et Olivier Lovey. Ailleurs - Paysages mystérieux
Musée C.C. Olsommer, Veyras, 21.03. - 13.12.2015
www.musee-olsommer.ch

Mettre son âme en mouvement, voyager, aller vers un ailleurs tout en restant physiquement ici, les deux pieds ancrés dans le sol. Se laisser envoûter par les étranges paysages de Charles Clos Olsommer et Olivier Lovey. Entreprendre un voyage mystérieux, entre rêve et réalité, au-delà du visible…

Pour son exposition 2015, le Musée Olsommer souhaite mettre l’accent sur les paysages imaginaires de Charles Clos Olsommer. Les œuvres exposées, créées entre les années 1910 et 1950, relatent le cheminement entrepris par l’artiste tout au long de sa carrière, mû par une seule aspiration : celle de trouver une conjonction parfaite entre la nature et le symbole afin d’exprimer l’immensité du monde à travers sa peinture.

Afin d’enrichir le propos et d’ouvrir une fenêtre vers notre époque, les œuvres de Charles Clos Olsommer seront accompagnées des photographies du jeune artiste contemporain Olivier Lovey, dont les œuvres reflètent sa fascination pour le pouvoir d’évocation de la nature d’une part et l’altération de la réalité à travers la photographie d’autre part.

Curatrice : Muriel Constantin Pitteloud

Événement : Rencontre avec l'artiste Olivier Lovey, dimanche 19.04.2015, 10h

Images : Charles-Clos Olsommer, Arbres et soleil, vers 1908, aquarelle sur papier, 256x363 cm
Olivier Lovey, Sans titre, 2013
Olivier Lovey, Sans titre, 2008

__________________________________________________________________________________________________________

APPELS, CONCOURS / AWARDS & CALLS


 

Encontros da Imagem. Power & Illusion
International Photography Festival in Braga, Portugal, 25.09. - 31.10.2015
Prix / prize : exposition / exhibition
Frais / fee : € 25.-
Délai / deadline : 08.05.2015
www.encontrosdaimagem.com

2015 is the year of celebration of the 25th edition of the international Photography Festival in Braga. Encontros da Imagem invites emerging photographers from around the world to submit work and create the opportunity to explore and interrogate the festival theme of Power and illusion. This theme is providing an impetus for contemplation regarding the ways in which the technical images relates to reality, the authenticity and the illusion of the medium of photography. At a time when power tends to be increasingly on, and the image becomes an unexpected force, it is time to refresh the political consciousness and, at the same time bring a new type of audience, demonstrating the power the image has to captivate. Take the chance to compete and win great opportunities: a personal exhibition at Encontros da Imagem 25th edition and the dedicated catalogue are provided to selected artists, together with the opportunity of collaborating with national and international art galleries.

   
 
Talents 2015. Extended Photography
C/O Berlin Foundation
Age limit : 35
Frais / fee : € 30.-
Délai / deadline : 08.05.2015
www.co-berlin.org

Supporting newcomer and giving them a chance in the future – Talents is an experimentation space for young international contemporary photography and art criticism. Since 2006, in the Talents exhibition series, the C/O Berlin Foundation has been promoting young photographers and art critics at the threshold between education and career, thus providing combined support to new talent in visual and text media. Until now 68 young Talents have been supported with a solo exhibition at C/O Berlin and a catalogue.

The theme of the 2015 Talents Series is Extended Photography. Photography is more than just the one-to-one representation of reality. It has long since established itself as both autonomous image and independent artwork, pushing established boundaries and embracing experimentation. By opening up to sculpture, painting, film, and performance, contemporary photographers and artists are responding to the changing nature of the photographic medium. With the advent of digitalization, photography has become more flexible and fluid, and it is more a part of everyday use than any other art form today. In recent years, a new generation of photographers has begun playfully exploring the boundaries and expanding the classical understanding of photography. This year’s Talents Series is responding to this new development by giving them a visible platform!
   
 
Photoworks Annual Issue 22: Women
Prix / prize : publication
Frais / fee : £ 5.-
Délai / deadline: 15.05.2015
www.photoworks.org.uk

For the next issue of Photoworks Annual, we’re looking for new or previously unpublished photography projects exploring the role of women in photography, as subjects, objects, creators and consumers. Selected projects will feature in the Annual and an original text will be commissioned to provide critical context for the projects.
   
 
Dummy Award Kassel 2015
Fotobookfestival Kassel, DE
Prix / prize : book production
Frais / fee : € 34.-
Délai / deadline : 15.05.2015
www.fotobookfestival.org

Le Fotobookfestival Kassel invite cette année encore tous les photographes à présenter leurs maquettes de livres inédits auprès d’experts et d’un public internationaux. En 2015, les cinquante meilleurs livres seront sélectionnés par un pré-jury et exposés lors d‘événements internationaux dédiés à la photographie. Trois gagnants seront choisis parmi ces cinquante livres par un jury international lors du Fotobookfestival Kassel en Juin. Le/la gagnant(e) du premier prix remportera la possibilité de produire sa maquette en " vrai " livre avec notre partenaire k-books, Allemagne, et sera présenté dans le magazine European Photography. Le deuxième et le troisième prix sont des bons de production à hauteur de 500 € et 300 €, offerts pour la réalisation d’un livre par notre partenaire k-books.

The Fotobookfestival Kassel invites again all photographers to present their so-far unpublished photobooks to an international public and to eminent experts. In 2015 the best 50 books will be shortlisted and exhibited at international photo events. From these 50 titles, 3 winners will be chosen by an international jury of experts at the Fotobookfestival Kassel in June. The winner of the First Prize will be given the opportunity to realize their dummy as a "real" book by our partner, k-books, Germany, and will be reported on in the magazine European Photography. The Second Prize is a book production voucher valued at € 500; the Third Prize is a voucher valued at € 300 given by our partner, k-books.
   
 
Prix des jeunes talents vfg Nachwuchsförderpreis
Délai / deadline : 18.05.2015   
www.vfg-nwfp.ch

Participe au concours pour le 19e prix de jeunes talents de la photographie! Le délai a été prolongé au 18 mai. Tu fais de la photo, tu as du talent et tu n’as pas encore 39 ans? Alors ça te concerne! Pour la 19e fois l’association de créateurs photographes (vfg) met au concours le prix de jeunes talents en photographie. Un jury de professionnels rénommés choisira les dix meilleurs travaux qui seront exposés dans différentes villes suisses et feront l’objet d’un catalogue. Les 1er, 2e et 3e prix seront récompensés par des prix en nature. En outre le cabinet d’avocats meyerlustenberger | lachenal décernera le «Prix MLL». Montre-nous ce dont tu es capable et participe au concours! Le thème est libre. Nous nous réjouissons de voir tes photos qui doivent être numérisées et envoyées sur CD/DVD à:
KONTRAST, Gian Vaitl, vfg Nachwuchsförderpreis, Josefstrasse 92, 8005 Zürich
   
 
LuganoPhotoDays 2015
Prix / prizes : CHF 2500.- / 1000.-
Frais / fee : CHF 25.-
Délai / deadline : 31.05.2015
www.luganophotodays.ch

Submit a 12 photos reportage ! The contest in the "Pro" category is open to all professional photographers who have reached the age of 18 on May 31 2015, irrespective of nationality or residence. The winner gets : a cash prize: CHF 2500.- ; an exhibition in Lugano during LuganoPhotoDays, 16-25 October 2015 ; accommodation for 1 night in Lugano. The category "Open" is for all non-professional photographers and the winner gets CHF 1000.-

Jury - Pro category :
Antje Berghäuser and Tanja Raeck, photo team Cicero (DE); Lucy Conticello, photo editor Le Monde (FR) ; Christian Güntlisberger, photo editor Neue Zürcher Zeitung (CH) ; Sandro Iovine, editor in chief FPmag (IT) ; Diego Orlando, photo editor Burn Magazine (USA).
   
 
W. Eugene Smith Grant in Humanistic Photography
Prix / prize : $ 30'000.-
Frais / fee : $ 50.-
Délai / deadline : 31.05.2015
www.smithfund.org

La 36ème édition du Prix de la photographie humaniste W. Eugene Smith permet de soutenir un projet d'un photographe engagé et de récompenser ainsi le travail déjà accompli.

The W. Eugene Smith Grant in Humanistic Photography is presented annually to a photographer whose past work and proposed project, as judged by a panel of experts, follows the tradition of W. Eugene Smith’s concerned photography and dedicated compassion exhibited during his 45-year career as a photographic essayist.
The W. Eugene Smith Grant in Humanistic Photography was established in 1978 following the death of Gene Smith, the legendary American photo essayist. It is today the most prestigious honor in documentary photography. Every year it recognizes a photographer who has demonstrated an exemplary commitment to documenting the human condition in the spirit of Smith’s concerned photography and dedicated compassion.
   
 
LUMA Rencontres Dummy Book Award, Arles 2015 
Prix / prize : € 25'000.- 
Délai / deadline : 31.05.2015
www.rencontres-arles.com

Le Festival des Rencontres d’Arles proposent en 2015 un prix d’aide à la publication d’une maquette de livre. Doté d’un budget de production de 25 000€, ce nouveau prix est ouvert à tout photographe et artiste utilisant la photographie sur proposition d’une maquette de livre n’ayant jamais fait l’objet d’une publication. Une attention particulière sera portée aux formes éditoriales expérimentales et novatrices. Un jury international désignera le gagnant. La maquette du lauréat, ainsi que celles des nominés seront exposées cet été au sein du Cosmos Arles Books, nouveau satellite des Rencontres d’Arles dédié aux pratiques éditoriales alternatives. La production de l'édition du lauréat démarrera à l’automne 2015 et sera présentée durant l’édition 2016 des Rencontres d’Arles.

In 2015 the Rencontres d’Arles is offering an award to assist with the publication of a dummy book.Endowed with a €25,000 budget production budget, this new prize is open to all photographers and artists using photography who submit a dummy book that has never been published. Special attention will be paid to experimental and innovative editorial forms.The application deadline is 31 May. An international jury will choose the winner. The winner’s dummy book, as well as those of the nominees, will be on display this summer at Cosmos Arles Books, the new Rencontres d’Arles satellite dedicated to alternative editorial practices.The winner’s book will be produced in autumn 2015 and be presented at the 2016 Rencontres d’Arles.

   
 
Fine Art Photography Awards
Prix / prize : $ 3'000.-
Frais / fee : $ 30.-
Délai / deadline : 31.05.2015
www.fineartphotoawards.com

Art is born out of passion. Fine Art photography is a perfect instrument, which allows a person to communicate with the world and share their vision. It results from the author’s deep sensitivity, a need to express feelings through image, a unique view of the surrounding reality. It can be spontaneous, but it can also be a conscious and deliberate manifesto. FAPA is searching for photos born out of passion – your passion. The competition is open to everyone, amateurs and professionals alike. Entries are welcome from any country in the world. Your work will be judged by an international panel of high profile photographers. The winners of the Professional and Amateur sections will receive the titles: Professional Fine Art Photographer of the Year / Amateur Fine Art Photographer of the Year and $3000 / 2000 in cash prizes.
   
 
Prix Photo 2015
Prix / prizes : CHF 20'000.- / 15'000.-
Délai / deadline : 01.06.2015
www.prixphoto.ch

Le concours est organisé par la Fondation British American Tobacco Switzerland qui œuvre par tradition à la promotion de l'art. Il a lieu tous les deux ans et s'adresse aux photographes professionnels suisses, ou résidents en Suisse, ainsi qu'aux jeunes photographes suisses en formation ou autodidactes de plus de 18 ans. Les lauréats verront leurs travaux exposés chez Sotheby's à Zurich du 9 au 23 septembre 2015.
   
 
Nuits photographiques
Prix / prize : € 1500.-
Frais / fee : € 18.-
Délai / deadline : 01.06.2015
www.lesnuitsphotographiques.com

La 5ème édition des Nuits Photographiques se déroulera du 12 septembre au 12 décembre 2015 au pavillon Carré de Baudouin, Paris 20ème. La création photographique et ses modes de diffusion sont en pleine mutation. Nous sommes à l’écoute des nouvelles pratiques de la photographie et des croisements des médiums : de l’image fixe, de l’image animée et de la création sonore. Afin de créer une plateforme de promotion et de diffusion de ces nouvelles formes, nous avons créé en 2011 Les Nuits Photographiques, le festival dédié au film-photographique. L’appellation "film photographique" se veut aujourd’hui fédératrice de l’ensemble des formes vidéos qui présentent et pensent la photographie pour l’écran : POM, webdoc, diaporama, time laps, stop motion, formes hybrides et expérimentales utilisant la photographie ou les œuvres multimédias.
Les œuvres seront choisies sur la singularité de la vision d’auteur et sur la créativité de la forme du film-photographique. Le prix est ouvert à toutes lesœuvres sans condition de genre. Durée maximum environ 30 minutes.

The 5th edition of Les Nuits Photographiques will take place in Le pavillon Carré de Baudouin, Paris 20th district, from 17 September to 12 December 2015. Photographic art and the way it is presented to the public are changing. We’re looking for news ways of showing photography and creativity with mixed media. Les Nuits Photographiques festival has been created to propose a platform to present these new forms of photography. Our festival is the first dedicated to photofilms or pictures in motion. We use the term “photo-films” (or filmsphotographiques in French) to encompass all forms of creation using photography that are presented and intended for the screen such as: POM, webdoc, slideshows, time lapse, stop motion, hybrid and experimental uses of photography and multimedia.
   


 
Prix du Livre des Rencontres d'Arles
Prix / prize : € 8'000.-
Délai / deadline : 05.06.2015
www.rencontres-arles.com

La 46ème édition des Rencontres d’Arles se déroulera du 6 juillet au 20 septembre 2015. Cet appel est ouvert à tous les livres et tous les catalogues ayant été édités entre le 1er juin 2014 et le 31 mai 2015. Créé lors de la fondation du festival il y a 46 ans, le Prix du Livre récompense aujourd’hui deux catégories d’ouvrages, accompagnant l’extraordinaire développement de l’édition photographique et contribuant ainsi à sa plus large diffusion :
- Le prix du Livre d’Auteur, organisé avec le soutien de la FNAC, récompense le meilleur ouvrage photographique présentant un projet d’auteur contemporain ( € 8'000.-)
- Le prix du Livre Historique récompense le meilleur travail documenté sur la photographie ou un photographe, thématique ou monographique ( € 8'000.-)


The 46th edition of the Rencontres d'Arles will take place from July 6th to September 20th 2015. Application for the two Awards is open to all photography books and catalogues that have been published between the 1st of June 2014 and the 31st of May 2015. The Book Award was created 46 years ago at the birth of the festival. It has been developed and grants nowadays two categories of books, as a contribution to the extraordinary expansion of photography publishing and to its optimal distribution:
- The Author Book Award, organised with the backing of the FNAC, goes to the best author project for a contemporary photography work. The allotted sum is € 8'000.
- The Historical Book Award goes to the best documented book, it can either be thematic or monographic. The allotted sum is € 8'000.-


Contact : Julie Héraut,  prix@rencontres-arles.com
   
 
Bourse Photographe Jean-Luc Lagardère‏
Age limite : 35 ans / years
Bourse / grant : € 15'000.-
Délai / deadline : 13.06.2015
www.fondation-jeanluclagardere.com

Attribuée par un jury prestigieux, la bourse Photographe Jean-Luc Lagardère permet chaque année à un jeune photographe de moins de 35 ans de réaliser, en France ou à l’étranger, un reportage photographique à caractère social, économique, politique ou culturel.
Vous êtes un photographe de 35 ans au plus, vous avez déjà réalisé au moins deux travaux photographiques documentaires publiés dans des titres de la presse écrite (papier et/ou web) et/ou dans un livre et/ou dans un catalogue d’exposition, vous exercez la photographie comme activité principale et vous souhaitez effectuer, en France ou à l’étranger, une production photographique à caractère documentaire dans le domaine social, économique, politique ou culturel... Postulez à la bourse Photographe de la Fondation Jean-Luc Lagardère.
Dix bourses, pour un montant total de 255 000 euros, seront attribuées cette année à de jeunes créateurs et professionnels de la culture et des médias. Ces derniers doivent présenter un projet original, en langue française, dans les domaines de l’écrit, de l’audiovisuel, de la musique et du numérique.

Règlement : http://www.fondation-jeanluclagardere.com/data/pdf/bourses/photographe.pdf
   
 
In-Game Outsiders
Situations #6, Fotomuseum Winterthur
Délai / deadline : 10.07.2015
www.situations.fotomuseum.ch

Fotomuseum Winterthur is calling all videogame photographers and screenshot artists! Send us your best images taken in the video game of your choice, related to the theme of outsiders. We are interested in exploring the world of in-game photography and its diverse communities and how they contribute to the evolving practices of contemporary image-making. We are especially curious to look at the portrayal of outsiders in video games, whether game characters, urban environments or landscapes. The pictures selected will form a photo gallery on our website becoming the focus of an online discussion about photography and video games.  Images must be submitted in jpg, png, or gif formats, in high resolution (full hd screenshots recommended). Copyright remains with the photographer, but Fotomuseum Winterthur reserves the right to use the images for non-commercial purposes.

Submission form : www.situations.fotomuseum.ch/submission

Image : K-putt,  Alien: Isolation, 2015, screenshot
   
 
Howard Chapnick Grant
Prix / prize : $ 5'000.-
Délai / deadline : 15.07.2015
www.smithfund.org

Le Prix Howard Chapnick 2015 a été créé par la Fondation W. Eugene Smith en 1996 pour soutenir le photojournalisme, la recherche éditoriale, l'éducation et l'engagement en faveur de changement social en particulier.

In 1996 the W. Eugene Smith Memorial Fund announced a new award, the Howard Chapnick Grant, to encourage and support leadership in fields ancillary to photojournalism, such as editing research, education and management. The Grant was established to honor the memory of Howard Chapnick, and acknowledge the value of his enormous contribution to photography. The annual $5,000 grant may be used to finance any of a range of qualified undertakings, which might include a program of further education, research, a special long-term sabbatical project, or an internship to work with a noteworthy group or individual. According to the Fund’s Board of Trustees, special consideration will be given to projects that promote social change and/or serve significant concerns of photojournalism. The grant is not intended to be used for the production of photographs, which will continue to be funded by the main grant of the Smith Fund.
   
 
Prix de la Photo Camera Clara 2015
Prix / prize : € 6000.-
Délai / deadline : 15.07.2015
www.prixcameraclara.com

Créé en 2012 sous l’égide de la Fondation Grésigny, ce prix récompense un artiste photographe travaillant à la chambre. L'objectif est de promouvoir une écriture singulière favorisée par l’utilisation de la chambre, véritable éloge de la composition et du temps. Le jury du Prix de la Photo Camera Clara est constitué de personnalités du monde de l’art, de Joséphine de Bodinat Moreno, sa présidente et d’Audrey Bazin, sa directrice artistique. Il se réunira courant septembre 2015 et désignera le lauréat et les 2 autres finalistes.

We are pleased to announce the opening of Prize for Photo Camera Clara 2015. Created in 2012 under the auspices of the Foundation Grésigny, it awards one photographic artist working with a view camera and having a personal style promoted by the use of large format, genuine praise of the composition and time. The Jury Prize for Photo Camera Clara consists of personalities from the world of art, Josephine de Bodinat Moreno, its president and Audrey Bazin, its artistic director. It will meet in September 2015 and will select the winner and two other finalists.
   
Prix Focale – Ville de Nyon 2015
Prix / prize : CHF 5000.-
Délai / deadline : 13.09.2015
www.focale.ch

Soutien à la production d'une exposition pour un projet documentaire contemporain.
En 2012, à l’occasion de ses 30 ans d’existence et désireuse de donner à de nouveaux talents la possibilité de s’exprimer, l’association Focale a créé le premier Prix Focale - Ville de Nyon, destiné à promouvoir la création photographique. Le/la lauréat/e se voit ainsi offrir un lieu d’exposition et un soutien à la production d’une valeur de CHF 5’000.

Grâce à l’appui renouvelé de la Ville de Nyon, Focale se fait un plaisir d’annoncer le lancement de la quatrième édition du Prix et d’ouvrir l’appel à candidature 2015. En adéquation avec la ligne artistique soutenue par l’association, le Prix Focale - Ville de Nyon vise à récompenser une approche documentaire contemporaine soulevant une problématique humaine ou environnementale. Le travail sera évalué sur la singularité de la vision de l’auteur et sur l’originalité du traitement de la thématique abordée. L’exposition du/de lauréat/e se déroulera à la Galerie Focale du 15 novembre au 20 décembre 2015.

Info : http://www.focale.ch/prix-focale-ville-de-nyon/

__________________________________________________________________________________________________________

PARTENAIRES DE NEAR / NEAR PARTNERS
Avec le soutien de :

     









Membres collectifs de NEAR :

     

 





          

 
NEXT - NEWSLETTER

Editée par NEAR, association suisse pour la photographie contemporaine, NEXT est une newsletter mensuelle qui vous offre une vision d'ensemble de l'actualité de la photographie en Suisse : événements, expositions, publications, festivals, prix internationaux… Vous y trouvez également des informations sur les activités de NEAR et sur ses membres.
Madame Nassim Daghighian, rédactrice en chef.

Contact : next @ near.li

Pour s'abonner à NEXT : lien
Tous les numéros de NEXT : lien
Pour se désabonner, répondez : CANCEL

Prochain délai rédactionnel : 20.05.2015
Prière d'envoyer texte d'info détaillé en fichier .doc et images en .jpg avec légende, merci !

+++

Edited by NEAR, swiss association for contemporary photography, NEXT is a monthly newsletter of information concerning photography in Switzerland : events, exhibitions, publications, festivals, international awards... You will also find in NEXT information about activities organized by NEAR and about its members.
Mrs Nassim Daghighian, chief editor.

Contact : next @ near.li

Subscription to NEXT : link
All issues of NEXT : link
To unsubscribe, answer : CANCEL

Next editorial deadline : 20.05.2015
Please send text about your news in .doc file and images in .jpg with caption, thanks !

NEAR +++ swiss association for contemporary photography +++ www.near.li
     
__________________________________________________________________________________________________________